Le 25 mai 2015, le téléphone sonne chez Rodrigo Hernandez Cascante. Le médian de 18 ans, qui se produit en espoirs à la Villarreal, est plongé dans ses examens et pense aux vacances qui suivront. Il les a bien méritées car il a disputé une bonne saison. Le 7 février, il a effectué ses débuts avec les Espoirs et en fin d'exercice, il a également été repris dans l'équipe qui a disputé la Copa de Campeones de Juveniles, un tournoi très réputé en Espagne qui rassemble 114 équipes de jeunes. La Villarreal gagne le tournoi pour la première fois de son histoire. En outre, Rodri, comme on l'appelle, a été appelé en mars 2015 pour un camp d'entraînement avec les U19 nationaux de Luis de la Fuente. Le sélectionneur ne le reprend finalement pas pour le dernier tour qualificatif pour l'EURO U19 mais il n'en demeure pas moins satisfait.
...

Le 25 mai 2015, le téléphone sonne chez Rodrigo Hernandez Cascante. Le médian de 18 ans, qui se produit en espoirs à la Villarreal, est plongé dans ses examens et pense aux vacances qui suivront. Il les a bien méritées car il a disputé une bonne saison. Le 7 février, il a effectué ses débuts avec les Espoirs et en fin d'exercice, il a également été repris dans l'équipe qui a disputé la Copa de Campeones de Juveniles, un tournoi très réputé en Espagne qui rassemble 114 équipes de jeunes. La Villarreal gagne le tournoi pour la première fois de son histoire. En outre, Rodri, comme on l'appelle, a été appelé en mars 2015 pour un camp d'entraînement avec les U19 nationaux de Luis de la Fuente. Le sélectionneur ne le reprend finalement pas pour le dernier tour qualificatif pour l'EURO U19 mais il n'en demeure pas moins satisfait. Pourtant, ce 25 mai 2015, la vie de Rodri va radicalement changer. De La Fuente lui demande de faire ses valises en vitesse. Federico San Emeterio, un médian défensif du Racing Santander, vient de se blesser alors que les U19 se réunissaient le jour-même à Madrid avant de s'envoler le lendemain pour la Géorgie, où ils devaient disputer trois matches de qualification. Rodri entre à vingt minutes du terme dans le premier match, qui se solde par une victoire 1-4 contre la Géorgie. Il dispute ensuite l'intégralité des deux autres signant un 5-0 contre la Turquie et un 4-0 face au Portugal. Et comment! Grâce à ce métronome, l'Espagne, qui alignait entre autres Javier Ceballos, Marco Asensio et Borja Mayoral, casse la baraque. Le jeune joueur de la Villarreal remise ses projets de vacances: quelques semaines plus tard, il dispute l'EURO U19 en Grèce et De La Fuente ne nourrit plus le moindre doute à son sujet: Rodri doit jouer. L'Espagne est sacrée championne d'Europe. Il est lancé. La saison suivante, Marcelino le fait jouer de temps en temps en équipe première mais il éclate réellement un an plus tard. Il attire ensuite l'attention de l'Atlético Madrid, l'équipe où il a effectué ses premiers dribbles. Il retourne chez les Colchoneros en 2018. Un an plus tard, Manchester City le transfère. Ça a tout l'air d'une carrière de rêve et pourtant, Rodri n'était pas prédestiné à pareil succès. Quand il fait son apparition dans l'équipe de base de la Villarreal, en 2015-2016, un scout espagnol renommé qui travaillait pour différents clubs de Premier League visionne le médian, alors âgé de 18 ans. "Il n'était absolument pas prêt pour la division un", témoigne-t-il dans The Guardian. "Nous étions quelques-uns à le regarder et nous nous sommes demandés comment il était possible que la Villarreal conserve un joueur qui commettait autant de fautes. Je ne pense pas qu'un seul scout l'ayant vu de 2015 à 2017 ait imaginé qu'il deviendrait le formidable médian que nous connaissons à Manchester City et en équipe nationale." Javier Calleja, maintenant entraîneur d'Alavés mais alors responsable de la formation à la Villarreal, avait surtout été frappé par l'intelligence de jeu du footballeur. "Il était le coeur de l'équipe." Rodri s'appuie toujours sur sa vista car à 24 ans, il n'est toujours pas un Monsieur Muscles. Il est devenu plus solide en Premier League mais il doit sa masse musculaire au football intense d'Outre-Manche plutôt qu'aux séances de musculation. Il n'en est pas moins un des joueurs-clefs de Pep Guardiola depuis deux saisons. Et maintenant, il doit faire oublier Sergio Busquets au sein de la Roja. La tâche n'est pas simple mais Luis Enrique est optimiste. Le 6-0 contre l'Allemagne, en Ligue des Nations, match durant lequel Rodri a joué à la place de Busquets, lui en a appris assez.