Nadal, dont c'était la première finale à Flushing Meadows, s'adjuge le neuvième tournoi du Grand Chelem de sa carrière et son 42e titre. A 24 ans, il devient le quatrième joueur de l'ère Open (depuis 1968) -et surtout le plus jeune - à gagner les quatre tournois du Grand Chelem (après Rod Laver, Andre Agassi et Roger Federer). Des quatre, seul l'Australien Laver a réalisé le Grand Chelem calendaire (en 1969).

L'Espagnol, déjà vainqueur cette saison de Roland-Garros et de Wimbledon, devient aussi le quatrième joueur à remporter trois tournois du Grand Chelem consécutifs dans l'ère Open (après Laver, Pete Sampras et Federer).

La rencontre, qui n'avait pu avoir lieu dimanche en raison du mauvais temps, s'est déroulée lundi en deux temps à cause d'une interruption de près de deux heures par la pluie. Malgré beaucoup de bonne volonté, de talent et un très bon service, Djokovic n'a pas été à même de dicter le match à Nadal. Ses 26 occasions de faire le break montrent que Nadal a su maintenir un pression constante sur le Serbe.

Malgré son peu de réalisme (seulement 6 balles de break converties), le Majorquin a arpenté le court Arthur-Ashe sans relâche, sans montrer le moindre signe de faiblesse, à l'exception d'un passage à vide dans le 2e set (11 points d'affilée perdus), alors que Djokovic a été plus inconstant. En dépit de sa défense acharnée, le Serbe a fini par se décourager devant les coups de pattes magiques de Nadal, qui a fait des ravages avec ses grands coups droits côté ouvert et des passings croisés de revers d'une autre dimension.

Sportmagazine.be, avec Belga

Nadal, dont c'était la première finale à Flushing Meadows, s'adjuge le neuvième tournoi du Grand Chelem de sa carrière et son 42e titre. A 24 ans, il devient le quatrième joueur de l'ère Open (depuis 1968) -et surtout le plus jeune - à gagner les quatre tournois du Grand Chelem (après Rod Laver, Andre Agassi et Roger Federer). Des quatre, seul l'Australien Laver a réalisé le Grand Chelem calendaire (en 1969).L'Espagnol, déjà vainqueur cette saison de Roland-Garros et de Wimbledon, devient aussi le quatrième joueur à remporter trois tournois du Grand Chelem consécutifs dans l'ère Open (après Laver, Pete Sampras et Federer).La rencontre, qui n'avait pu avoir lieu dimanche en raison du mauvais temps, s'est déroulée lundi en deux temps à cause d'une interruption de près de deux heures par la pluie. Malgré beaucoup de bonne volonté, de talent et un très bon service, Djokovic n'a pas été à même de dicter le match à Nadal. Ses 26 occasions de faire le break montrent que Nadal a su maintenir un pression constante sur le Serbe.Malgré son peu de réalisme (seulement 6 balles de break converties), le Majorquin a arpenté le court Arthur-Ashe sans relâche, sans montrer le moindre signe de faiblesse, à l'exception d'un passage à vide dans le 2e set (11 points d'affilée perdus), alors que Djokovic a été plus inconstant. En dépit de sa défense acharnée, le Serbe a fini par se décourager devant les coups de pattes magiques de Nadal, qui a fait des ravages avec ses grands coups droits côté ouvert et des passings croisés de revers d'une autre dimension.Sportmagazine.be, avec Belga