La saison 2010-11 s'annonçait sous les meilleurs auspices. Donnés favoris pour le titre, les Mauves avaient bénéficié aussi d'un tirage favorable au troisième tour préliminaire de la CL contre le Partizan Belgrade. Mais tout aura mal débuté avec un auto-goal lourd de conséquences de leur nouvelle recrue, Jan Lecjaks, en Serbie. N'empêche, pour avoir décelé un mieux dans le chef de leur back gauche, les dirigeants du Sporting ne seraient pas réfractaires à un engagement du joueur, loué au Viktoria Plzen. D'autant plus qu'il coûte moins d'un million d'euros: pas cher du tout!

Le hic, c'est que les joueurs de cette trempe sont devenus légion au stade Constant Vanden Stock. Ses compatriotes Ondrej Mazuch et Lukas Marecek ont nécessité respectivement un débours de 1,3 et 1,5 million d'euros, les Argentins Matias Suarez et Pablo Chavarria 1,2 chacun. Et le club bruxellois a trouvé moins cher encore avec Kanu, qui n'a coûté que 500.000 euros, soit 25.000 de plus que Sacha Kljestan et Victor Bernardez. Sans oublier la recrue du mercato d'hiver, Dalibor Veselilovic, soufflé pour 250.000 euros au FC Brussels. Des voisins molenbeekois qui avaient déjà laissé filer gratuitement Cheikhou Kouyaté au Parc Astrid en 2008-09.

Hormis les prêtés Chavarria (Eupen) et Bernardez (Lierse), tout ce beau monde participa notamment au récent naufrage (3-0) à Bruges. Et, à l'exception de Marecek, tous étaient présents également sur le terrain lors de l'ultime revers (1-0) à la Cristal Arena.

"Pour moins de 2 millions d'euros, un club de la dimension d'Anderlecht n'obtiendra plus jamais un renfort qualitatif", dit Georges Heylens, ancienne gloire locale. "Le seul qui confère vraiment un plus au Sporting, c'est Lucas Biglia. Et, comme par hasard, il a coûté 3 millions d'euros. C'est le tarif si l'on veut un rendement immédiat. Mais la direction persiste et signe en continuant à acquérir des joueurs pour une croûte de pain. Désolé, mais Denis Odoi a encore tout à prouver au plus haut niveau. Quant à Veselinovic, j'ai mes doutes. Et je me pose des questions aussi concernant certains éléments que les Mauves ont dans le viseur. Le seul mérite de garçons comme Steve Colpaert, le défenseur de Zulte Waregem, ou de Koen Persoons, le médian de Lokeren, c'est d'être belges. Mais ce ne sont pas des gars de cette pointure qui tireront le Sporting vers le haut. A moins que cet intérêt n'était que de la poudre aux yeux, destinée à troubler ce duo avant leur affrontement face au Sporting... A l'image de ce qui s'est produit avec Kevin De Bruyne avant Genk-Anderlecht".

On a effectivement fait état d'une construction à laquelle la perle du Limbourg et Romelu Lukaku seraient mêlés: puisque Chelsea suit d'un regard intéressé les deux néo-internationaux, l'idée serait de transférer le puncheur anderlechtois chez les Londoniens afin que le RSCA ait les ressources financières pour se payer le Racingman. En contrepartie, le rouquin serait cédé au club de Stamford Bridge après avoir transité un an ou deux au Parc Astrid. Info ou intox? Le directeur général, Herman Van Holsbeeck, soutient que s'il était bien à Londres pour évoquer une collaboration avec Arsenal (qui tient à l'oeil Charly Musonda junior, le plus grand talent de l'école des jeunes de Neerpede), il n'a nullement eu de contact avec les Blues. Et à Genk, son homologue Dirk Degraen n'a pas apprécié cette tentative de déstabilisation de De Bruyne avant le choc et jure ses grands dieux qu'il mettra tout en oeuvre pour que son joueur ne rallie pas le Parc Astrid.

Une nouvelle épine dorsale

"Une chose est sûre: De Bruyne me paraît taillé sur mesure pour remplacer Mbark Boussoufa", poursuit Heylens. "Anderlecht devra peut-être délier généreusement les cordons de la bourse, mais il n'y a pas de miracle: si les Jelle Van Damme, Jan Polak et Bous ont permis de gonfler la trésorerie de 14 millions d'euros, il faut réinjecter les trois quarts de cette somme, au bas mot, dans le sportif, si l'on veut rester compétitif. Le Sporting doit résolument l'envisager, d'autant plus qu'il obtiendra une plus belle somme encore suite au transfert de Lukaku. Sans oublier qu'il réalisera encore des économies: il paie toujours en grande partie la douzaine de joueurs loués. De quoi économiser quelques milliers d'euros pour des garçons qui n'auraient jamais dû aboutir au Parc Astrid, comme Nemanja Rnic ou Bernardez. Si on n'est pas capable de former des joueurs de ce tonneau-là, autant fermer boutique. De plus, en défense, Anderlecht a besoin à tout prix d'un joueur capable de diriger ses partenaires et d'assurer une bonne relance. Roland Juhasz n'a pas ces qualités. C'est un exécutant plutôt qu'un commandant. Dans l'entrejeu, il faut une locomotive. Depuis le départ d'Ahmed Hassan, il n'y a plus de numéro 10. Même Biglia n'en est pas un. Et ce n'est sûrement pas à un Kouyaté ou un Kljestan qu'il faut demander de reprendre ce rôle. Ils n'en ont pas l'envergure. Aux avant-postes, il s'agira de dénicher aussi un attaquant susceptible de faire oublier Lukaku. Une fois encore, je frémis en entendant qu'on avait anticipé son transfert par l'achat de Veselinovic. Sorry, mais il n'y a pas photo entre eux. Au total, si le club cherche également une solution de rechange pour l'infortuné Silvio Proto, cela fait donc cinq joueurs majeurs que le club devrait embrigader."

"L'entraîneur?, poursuit Heylens... Pour éviter l'usure du pouvoir, il y a lieu soit de remodeler l'effectif, soit de changer de coach à intervalles réguliers. Comme le Sporting a intérêt à procéder à un profond lifting, Ariel Jacobs pourrait toujours s'inscrire dans la durée. Mais en a-t-il réellement envie? Selon ses propres dires, il n'a jamais vraiment aimé ce métier. Mais d'un autre côté, quand on l'interroge sur son avenir, il précise qu'il a encore un an de contrat au club..."

Bruno Govers

La saison 2010-11 s'annonçait sous les meilleurs auspices. Donnés favoris pour le titre, les Mauves avaient bénéficié aussi d'un tirage favorable au troisième tour préliminaire de la CL contre le Partizan Belgrade. Mais tout aura mal débuté avec un auto-goal lourd de conséquences de leur nouvelle recrue, Jan Lecjaks, en Serbie. N'empêche, pour avoir décelé un mieux dans le chef de leur back gauche, les dirigeants du Sporting ne seraient pas réfractaires à un engagement du joueur, loué au Viktoria Plzen. D'autant plus qu'il coûte moins d'un million d'euros: pas cher du tout! Le hic, c'est que les joueurs de cette trempe sont devenus légion au stade Constant Vanden Stock. Ses compatriotes Ondrej Mazuch et Lukas Marecek ont nécessité respectivement un débours de 1,3 et 1,5 million d'euros, les Argentins Matias Suarez et Pablo Chavarria 1,2 chacun. Et le club bruxellois a trouvé moins cher encore avec Kanu, qui n'a coûté que 500.000 euros, soit 25.000 de plus que Sacha Kljestan et Victor Bernardez. Sans oublier la recrue du mercato d'hiver, Dalibor Veselilovic, soufflé pour 250.000 euros au FC Brussels. Des voisins molenbeekois qui avaient déjà laissé filer gratuitement Cheikhou Kouyaté au Parc Astrid en 2008-09. Hormis les prêtés Chavarria (Eupen) et Bernardez (Lierse), tout ce beau monde participa notamment au récent naufrage (3-0) à Bruges. Et, à l'exception de Marecek, tous étaient présents également sur le terrain lors de l'ultime revers (1-0) à la Cristal Arena. "Pour moins de 2 millions d'euros, un club de la dimension d'Anderlecht n'obtiendra plus jamais un renfort qualitatif", dit Georges Heylens, ancienne gloire locale. "Le seul qui confère vraiment un plus au Sporting, c'est Lucas Biglia. Et, comme par hasard, il a coûté 3 millions d'euros. C'est le tarif si l'on veut un rendement immédiat. Mais la direction persiste et signe en continuant à acquérir des joueurs pour une croûte de pain. Désolé, mais Denis Odoi a encore tout à prouver au plus haut niveau. Quant à Veselinovic, j'ai mes doutes. Et je me pose des questions aussi concernant certains éléments que les Mauves ont dans le viseur. Le seul mérite de garçons comme Steve Colpaert, le défenseur de Zulte Waregem, ou de Koen Persoons, le médian de Lokeren, c'est d'être belges. Mais ce ne sont pas des gars de cette pointure qui tireront le Sporting vers le haut. A moins que cet intérêt n'était que de la poudre aux yeux, destinée à troubler ce duo avant leur affrontement face au Sporting... A l'image de ce qui s'est produit avec Kevin De Bruyne avant Genk-Anderlecht". On a effectivement fait état d'une construction à laquelle la perle du Limbourg et Romelu Lukaku seraient mêlés: puisque Chelsea suit d'un regard intéressé les deux néo-internationaux, l'idée serait de transférer le puncheur anderlechtois chez les Londoniens afin que le RSCA ait les ressources financières pour se payer le Racingman. En contrepartie, le rouquin serait cédé au club de Stamford Bridge après avoir transité un an ou deux au Parc Astrid. Info ou intox? Le directeur général, Herman Van Holsbeeck, soutient que s'il était bien à Londres pour évoquer une collaboration avec Arsenal (qui tient à l'oeil Charly Musonda junior, le plus grand talent de l'école des jeunes de Neerpede), il n'a nullement eu de contact avec les Blues. Et à Genk, son homologue Dirk Degraen n'a pas apprécié cette tentative de déstabilisation de De Bruyne avant le choc et jure ses grands dieux qu'il mettra tout en oeuvre pour que son joueur ne rallie pas le Parc Astrid. Une nouvelle épine dorsale "Une chose est sûre: De Bruyne me paraît taillé sur mesure pour remplacer Mbark Boussoufa", poursuit Heylens. "Anderlecht devra peut-être délier généreusement les cordons de la bourse, mais il n'y a pas de miracle: si les Jelle Van Damme, Jan Polak et Bous ont permis de gonfler la trésorerie de 14 millions d'euros, il faut réinjecter les trois quarts de cette somme, au bas mot, dans le sportif, si l'on veut rester compétitif. Le Sporting doit résolument l'envisager, d'autant plus qu'il obtiendra une plus belle somme encore suite au transfert de Lukaku. Sans oublier qu'il réalisera encore des économies: il paie toujours en grande partie la douzaine de joueurs loués. De quoi économiser quelques milliers d'euros pour des garçons qui n'auraient jamais dû aboutir au Parc Astrid, comme Nemanja Rnic ou Bernardez. Si on n'est pas capable de former des joueurs de ce tonneau-là, autant fermer boutique. De plus, en défense, Anderlecht a besoin à tout prix d'un joueur capable de diriger ses partenaires et d'assurer une bonne relance. Roland Juhasz n'a pas ces qualités. C'est un exécutant plutôt qu'un commandant. Dans l'entrejeu, il faut une locomotive. Depuis le départ d'Ahmed Hassan, il n'y a plus de numéro 10. Même Biglia n'en est pas un. Et ce n'est sûrement pas à un Kouyaté ou un Kljestan qu'il faut demander de reprendre ce rôle. Ils n'en ont pas l'envergure. Aux avant-postes, il s'agira de dénicher aussi un attaquant susceptible de faire oublier Lukaku. Une fois encore, je frémis en entendant qu'on avait anticipé son transfert par l'achat de Veselinovic. Sorry, mais il n'y a pas photo entre eux. Au total, si le club cherche également une solution de rechange pour l'infortuné Silvio Proto, cela fait donc cinq joueurs majeurs que le club devrait embrigader." "L'entraîneur?, poursuit Heylens... Pour éviter l'usure du pouvoir, il y a lieu soit de remodeler l'effectif, soit de changer de coach à intervalles réguliers. Comme le Sporting a intérêt à procéder à un profond lifting, Ariel Jacobs pourrait toujours s'inscrire dans la durée. Mais en a-t-il réellement envie? Selon ses propres dires, il n'a jamais vraiment aimé ce métier. Mais d'un autre côté, quand on l'interroge sur son avenir, il précise qu'il a encore un an de contrat au club..." Bruno Govers