L'Union Belge continue à marcher sur sa tête. Les Diables Rouges se reprennent superbement mais notre Fédération est de plus en plus lamentable. Le Standard avait demandé dès le début de la semaine dernière que son match à Anderlecht, programmé dimanche 3 avril, soit avancé au samedi, histoire d'avoir un jour de récupération en plus avant son duel de Coupe de Belgique contre Gand, en milieu de semaine prochaine. Compréhensible car les Gantois jouent en play-offs samedi et non dimanche. Il a fallu attendre hier pour que le Comité exécutif de la fédé accède à la demande des Liégeois, et le match a donc été avancé au samedi. Un camouflet pour Anderlecht, qui "prend acte de la décision mais s'abstient de tout autre commentaire". Un choc pareil, ça se prépare, et pas seulement sur le terrain. Il y a par exemple toutes les contingences liées au catering.
Du côté de la commune d'Anderlecht, on est formel : impossible d'avancer le match à samedi car ce changement tardif de programme laisse trop peu de temps pour organiser le service d'ordre. Le bourgmestre affirme que le clasico aura lieu dimanche, point à la ligne. Les policiers ont été mobilisés pour dimanche, pas pour samedi. En plus, certains sont réquisitionnés samedi pour une manifestation de Kurdes. D'autant plus que c'est un match à risques qui nécessite la présence d'environ 200 policiers.

Pierre Danvoye

L'Union Belge continue à marcher sur sa tête. Les Diables Rouges se reprennent superbement mais notre Fédération est de plus en plus lamentable. Le Standard avait demandé dès le début de la semaine dernière que son match à Anderlecht, programmé dimanche 3 avril, soit avancé au samedi, histoire d'avoir un jour de récupération en plus avant son duel de Coupe de Belgique contre Gand, en milieu de semaine prochaine. Compréhensible car les Gantois jouent en play-offs samedi et non dimanche. Il a fallu attendre hier pour que le Comité exécutif de la fédé accède à la demande des Liégeois, et le match a donc été avancé au samedi. Un camouflet pour Anderlecht, qui "prend acte de la décision mais s'abstient de tout autre commentaire". Un choc pareil, ça se prépare, et pas seulement sur le terrain. Il y a par exemple toutes les contingences liées au catering. Du côté de la commune d'Anderlecht, on est formel : impossible d'avancer le match à samedi car ce changement tardif de programme laisse trop peu de temps pour organiser le service d'ordre. Le bourgmestre affirme que le clasico aura lieu dimanche, point à la ligne. Les policiers ont été mobilisés pour dimanche, pas pour samedi. En plus, certains sont réquisitionnés samedi pour une manifestation de Kurdes. D'autant plus que c'est un match à risques qui nécessite la présence d'environ 200 policiers. Pierre Danvoye