Par Pierre Bilic
Attentif, un jeune journaliste de la DH, Christophe Franken, souligne les mérites et la classe d'un des plus grands attaquants de l'histoire de l'AC Milan qui se mesurera demain à Anderlecht en Ligue des Champions.

Louis Van Hege (1889-1975), ce héros de la Belle Epoque, brille sous le maillot de l'Union Saint-Gilloise quand il est remarqué par les dirigeants de l'AC Milan. Il débarque en Lombardie en 1910 et le sens du but de cet attaquant, petit mais doté d'une technique hors norme, fait merveille. Nommé capitaine de l'AC Milan, il enchaîne les exploits : 123 buts, cinq roses contre la Juventus en 1912, un titre qui s'ajoute aux deux écussons de champion décrochés avec l'Union Saint-Gilloise en 1909 et 1910.

Après la Première guerre mondiale, il retrouve l'Union Saint-Gilloise, obtient la médaille d'or aux Jeux Olympiques d'Anvers en 1920 et un dernier titre belge en 1923. Son souvenir s'est effacé à Bruxelles, pas à Milan.

Par Pierre Bilic Attentif, un jeune journaliste de la DH, Christophe Franken, souligne les mérites et la classe d'un des plus grands attaquants de l'histoire de l'AC Milan qui se mesurera demain à Anderlecht en Ligue des Champions. Louis Van Hege (1889-1975), ce héros de la Belle Epoque, brille sous le maillot de l'Union Saint-Gilloise quand il est remarqué par les dirigeants de l'AC Milan. Il débarque en Lombardie en 1910 et le sens du but de cet attaquant, petit mais doté d'une technique hors norme, fait merveille. Nommé capitaine de l'AC Milan, il enchaîne les exploits : 123 buts, cinq roses contre la Juventus en 1912, un titre qui s'ajoute aux deux écussons de champion décrochés avec l'Union Saint-Gilloise en 1909 et 1910. Après la Première guerre mondiale, il retrouve l'Union Saint-Gilloise, obtient la médaille d'or aux Jeux Olympiques d'Anvers en 1920 et un dernier titre belge en 1923. Son souvenir s'est effacé à Bruxelles, pas à Milan.