Les Diables Rouges entament, cet après-midi, leur préparation en vue de la campagne qui doit les mener à l'Euro 2012. Ils n'ont plus participé à une grande compétition depuis la Coupe du Monde 2002 et leur tâche s'annonce ardue.

Ils pourraient peut-être s'inspirer des basketteurs qui, eux, couraient désespérément derrière le saint Graal depuis 1993 et qui sont, enfin, parvenus à leurs fins. A coeur vaillant, rien d'impossible. Car, chez ces Lions, on retrouve précisément ces qualités qui, autrefois, faisaient la renommée de nos footballeurs. Dix-sept ans après leur dernier Euro, ils se sont qualifiés en n'ayant pas les meilleurs joueurs du monde, mais en témoignant de cette solidarité, de cet enthousiasme, de cette organisation et de cette solidité défensive qui permettent de soulever les montagnes. On retrouve, dans cette équipe des Lions, des joueurs qui, depuis six ans, sacrifient leurs étés pour travailler, former un groupe et repousser leurs limites. Après des années d'échecs, leurs efforts ont été récompensés.

Daniel Devos

Les Diables Rouges entament, cet après-midi, leur préparation en vue de la campagne qui doit les mener à l'Euro 2012. Ils n'ont plus participé à une grande compétition depuis la Coupe du Monde 2002 et leur tâche s'annonce ardue. Ils pourraient peut-être s'inspirer des basketteurs qui, eux, couraient désespérément derrière le saint Graal depuis 1993 et qui sont, enfin, parvenus à leurs fins. A coeur vaillant, rien d'impossible. Car, chez ces Lions, on retrouve précisément ces qualités qui, autrefois, faisaient la renommée de nos footballeurs. Dix-sept ans après leur dernier Euro, ils se sont qualifiés en n'ayant pas les meilleurs joueurs du monde, mais en témoignant de cette solidarité, de cet enthousiasme, de cette organisation et de cette solidité défensive qui permettent de soulever les montagnes. On retrouve, dans cette équipe des Lions, des joueurs qui, depuis six ans, sacrifient leurs étés pour travailler, former un groupe et repousser leurs limites. Après des années d'échecs, leurs efforts ont été récompensés. Daniel Devos