Transféré de Blackburn l'été dernier pour près de 20 millions d'euros, Phil Jones (19 ans) a déjà été mis à toutes les sauces à Manchester United. Tantôt milieu défensif, tantôt arrière droit, Jones s'adapte partout où il est posté même s'il avoue une préférence pour la position de défenseur central : "C'est à ce poste que je poursuivrai ma carrière. Espérons que dans le temps, je m'y fixerai, mais pour l'instant, je suis juste heureux de jouer au football. Ma polyvalence est toujours un avantage. Ça me permet de jouer plus. Je ne vois pas comment ça pourrait être un désavantage. Mais il reste des positions où je n'ai jamais joué, comme milieu gauche, latéral gauche ou gardien", rigole-t-il.

Rapide, bon de la tête, à l'aise balle au pied et doté d'un sang-froid à toute épreuve, l'ensemble du Big Four lui a fait du gringue lors du dernier mercato estival. Son coach de l'époque, Steve Kean, le surnomme la Rolls Royce de Blackburn tandis que Wayne Rooney tweete qu'il "est un des défenseurs les plus compliqués que j'ai eu à gérer cette saison".

Jules Monnier, Sport/Foot Magazine

Transféré de Blackburn l'été dernier pour près de 20 millions d'euros, Phil Jones (19 ans) a déjà été mis à toutes les sauces à Manchester United. Tantôt milieu défensif, tantôt arrière droit, Jones s'adapte partout où il est posté même s'il avoue une préférence pour la position de défenseur central : "C'est à ce poste que je poursuivrai ma carrière. Espérons que dans le temps, je m'y fixerai, mais pour l'instant, je suis juste heureux de jouer au football. Ma polyvalence est toujours un avantage. Ça me permet de jouer plus. Je ne vois pas comment ça pourrait être un désavantage. Mais il reste des positions où je n'ai jamais joué, comme milieu gauche, latéral gauche ou gardien", rigole-t-il. Rapide, bon de la tête, à l'aise balle au pied et doté d'un sang-froid à toute épreuve, l'ensemble du Big Four lui a fait du gringue lors du dernier mercato estival. Son coach de l'époque, Steve Kean, le surnomme la Rolls Royce de Blackburn tandis que Wayne Rooney tweete qu'il "est un des défenseurs les plus compliqués que j'ai eu à gérer cette saison".Jules Monnier, Sport/Foot Magazine