Par Pierre Danvoye
Le creux dans la courbe de forme des Mauves correspond avec la mise à l'écart de Dennis Praet, qui n'est même plus systématiquement sur la feuille de match depuis le début des play-offs. Son temps de jeu est famélique sur les six derniers matches: à peine 20 minutes au Standard, une bonne demi-heure lors du premier rendez-vous avec Bruges. Il avait pourtant énormément joué lors de la phase classique et son entrée dans l'équipe comme titulaire, début novembre, avait donné un nouveau visage au Sporting et lui avait permis d'enchaîner les victoires. Pourquoi ne joue-t-il plus ?

L'explication la plus entendue est qu'il est brûlé, que John van den Brom ne l'a pas suffisamment ménagé et qu'à son jeune âge, le talent à 800.000 euros de salaire annuel est grillé. Est-ce la vérité ? Difficile de le savoir via le joueur puisque le club l'empêche de donner des interviews depuis qu'il s'est révélé. Mais on a vraiment l'impression que Dennis Praet s'estime bon pour le service.

La presse flamande a questionné son père, qui ne comprend pas pourquoi le gamin ne fait plus partie des plans du coach. Herman Praet affirme que si son fils a fait autant de bonnes choses en Ligue des Champions, il est sûrement capable de briller dans les play-offs.

Le son de cloche de son entraîneur en Espoirs, Johan Walem, est plus ou moins équivalent. Walem ne croit pas à une fatigue physique.

Van den Brom va-t-il enfin le relancer, profiter du clasico de ce week-end contre le Standard ? Vu le niveau de jeu d'Anderlecht depuis que Praet est sur le banc ou dans la tribune, on aurait tendance à dire que le risque est minime.

Par Pierre Danvoye Le creux dans la courbe de forme des Mauves correspond avec la mise à l'écart de Dennis Praet, qui n'est même plus systématiquement sur la feuille de match depuis le début des play-offs. Son temps de jeu est famélique sur les six derniers matches: à peine 20 minutes au Standard, une bonne demi-heure lors du premier rendez-vous avec Bruges. Il avait pourtant énormément joué lors de la phase classique et son entrée dans l'équipe comme titulaire, début novembre, avait donné un nouveau visage au Sporting et lui avait permis d'enchaîner les victoires. Pourquoi ne joue-t-il plus ? L'explication la plus entendue est qu'il est brûlé, que John van den Brom ne l'a pas suffisamment ménagé et qu'à son jeune âge, le talent à 800.000 euros de salaire annuel est grillé. Est-ce la vérité ? Difficile de le savoir via le joueur puisque le club l'empêche de donner des interviews depuis qu'il s'est révélé. Mais on a vraiment l'impression que Dennis Praet s'estime bon pour le service. La presse flamande a questionné son père, qui ne comprend pas pourquoi le gamin ne fait plus partie des plans du coach. Herman Praet affirme que si son fils a fait autant de bonnes choses en Ligue des Champions, il est sûrement capable de briller dans les play-offs. Le son de cloche de son entraîneur en Espoirs, Johan Walem, est plus ou moins équivalent. Walem ne croit pas à une fatigue physique. Van den Brom va-t-il enfin le relancer, profiter du clasico de ce week-end contre le Standard ? Vu le niveau de jeu d'Anderlecht depuis que Praet est sur le banc ou dans la tribune, on aurait tendance à dire que le risque est minime.