A Malines-Courtrai, disputé samedi dernier, sur le coup de 20 heures, par une température de moins 12 degrés, nous aurions volontiers voué aux gémonies (au même titre que les 8.200 spectateurs présents, sans doute) les décideurs de l'Union Belge. Hier après-midi, en revanche, il faisait moins 2, au soleil, au moment de l'affrontement entre Anderlecht et Genk, et personne parmi les 23.000 fans n'y trouva vraiment à redire, eu égard au spectacle proposé.

Dès lors, pourquoi, en période de grand froid, ne pas programmer les rencontres le samedi ou le dimanche après-midi ? Pour le 'catering', cher (sic) aux clubs, cela ne changerait pas grand-chose. Au lieu de servir les repas à 18 heures ; ceux-ci seraient tout simplement proposés à 12 heures. Et au final, tout le monde y trouverait son compte...

Bruno Govers, Sport/Foot Magazine

A Malines-Courtrai, disputé samedi dernier, sur le coup de 20 heures, par une température de moins 12 degrés, nous aurions volontiers voué aux gémonies (au même titre que les 8.200 spectateurs présents, sans doute) les décideurs de l'Union Belge. Hier après-midi, en revanche, il faisait moins 2, au soleil, au moment de l'affrontement entre Anderlecht et Genk, et personne parmi les 23.000 fans n'y trouva vraiment à redire, eu égard au spectacle proposé. Dès lors, pourquoi, en période de grand froid, ne pas programmer les rencontres le samedi ou le dimanche après-midi ? Pour le 'catering', cher (sic) aux clubs, cela ne changerait pas grand-chose. Au lieu de servir les repas à 18 heures ; ceux-ci seraient tout simplement proposés à 12 heures. Et au final, tout le monde y trouverait son compte... Bruno Govers, Sport/Foot Magazine