Plongée dans la crise économique, l'Espagne se console en décrochant des succès sur tous les terrains de sport: football, tennis, cyclisme, basket, Formule 1, athlétisme, hockey, etc.

L'Espagne n'est pas championne du monde qu'en football et cet âge d'or s'explique. Quels sont les secrets de la Roja et du sport espagnol? Les autorités espagnoles avaient investi massivement dans le sport en vue des Jeux Olympiques de 1992 (disputés à Barcelone) et l'Espagne y récolta 22 médailles dont 13 en or: du jamais vu... Sur cette lancée, ce pays misa en masse sur la formation des coaches, des entraîneurs, des éducateurs sportifs, etc.

Ainsi, en ce qui concerne le football, c'est l'Espagne qui compte le plus d'entraîneurs possédant le diplôme UEFA A ou la Licence Pro. Depuis des années, ces techniciens forment des jeunes en respectant la tradition du jeu espagnol: finesse, jeu en un temps, etc. A partir de 1992, les jeunes équipes représentatives espagnoles sont montées en puissance et ont trusté les succès qui annonçaient le triomphe d'Afrique du Sud.

Le titre mondial de la Roja, et l'âge d'or du sport espagnol, ne sont pas dûs hasard, s'expliquent par le talent, évidemment, mais aussi par le travail et une vision à long terme. La Liga (D1 espagnole) est un véritable filon: 77% des joueurs de ce championnat peuvent être repris en équipe nationale (40% dans le cas de l'Angleterre), ce qui explique aussi que les internationaux espagnols se connaissent, partagent en gros la même philosophie de jeu, rodent leurs automatismes dans un championnat où la technique est le credo de tous.

Pierre Bilic

Plongée dans la crise économique, l'Espagne se console en décrochant des succès sur tous les terrains de sport: football, tennis, cyclisme, basket, Formule 1, athlétisme, hockey, etc. L'Espagne n'est pas championne du monde qu'en football et cet âge d'or s'explique. Quels sont les secrets de la Roja et du sport espagnol? Les autorités espagnoles avaient investi massivement dans le sport en vue des Jeux Olympiques de 1992 (disputés à Barcelone) et l'Espagne y récolta 22 médailles dont 13 en or: du jamais vu... Sur cette lancée, ce pays misa en masse sur la formation des coaches, des entraîneurs, des éducateurs sportifs, etc. Ainsi, en ce qui concerne le football, c'est l'Espagne qui compte le plus d'entraîneurs possédant le diplôme UEFA A ou la Licence Pro. Depuis des années, ces techniciens forment des jeunes en respectant la tradition du jeu espagnol: finesse, jeu en un temps, etc. A partir de 1992, les jeunes équipes représentatives espagnoles sont montées en puissance et ont trusté les succès qui annonçaient le triomphe d'Afrique du Sud. Le titre mondial de la Roja, et l'âge d'or du sport espagnol, ne sont pas dûs hasard, s'expliquent par le talent, évidemment, mais aussi par le travail et une vision à long terme. La Liga (D1 espagnole) est un véritable filon: 77% des joueurs de ce championnat peuvent être repris en équipe nationale (40% dans le cas de l'Angleterre), ce qui explique aussi que les internationaux espagnols se connaissent, partagent en gros la même philosophie de jeu, rodent leurs automatismes dans un championnat où la technique est le credo de tous.Pierre Bilic