Par Marc DEGRYSE

Anderlecht tient enfin son premier gros poisson : Ronald Vargas. Probablement un bon transfert. Mais est-ce que le club tient le successeur de Mbark Boussoufa ? Non ! Boussoufa était un leader que Vargas ne sera pas. Notamment parce qu'il ne parle que l'espagnol. Son anglais est loin d'être au top, et je ne parle même pas de son néerlandais ou de son français. Pour être le patron d'une équipe, il faut pouvoir s'exprimer.

Et indépendamment de la langue, Vargas n'a pas encore prouvé qu'il avait autant de personnalité, de charisme que Boussoufa. Il n'a pas non plus la même régularité. Il vient de passer trois ans au Club Bruges : ses deux premières saisons ont été moyennes, puis il a enfin explosé avant de se blesser. S'il y a un point sur lequel il est aussi bon que Boussoufa, c'est sûrement sa technique. Et pour moi, il doit jouer dans l'axe, il ne faut pas l'essayer sur un flanc. Boussoufa savait expédier plein de bons centres, ce n'est pas le truc de Vargas.

Par Marc DEGRYSEAnderlecht tient enfin son premier gros poisson : Ronald Vargas. Probablement un bon transfert. Mais est-ce que le club tient le successeur de Mbark Boussoufa ? Non ! Boussoufa était un leader que Vargas ne sera pas. Notamment parce qu'il ne parle que l'espagnol. Son anglais est loin d'être au top, et je ne parle même pas de son néerlandais ou de son français. Pour être le patron d'une équipe, il faut pouvoir s'exprimer. Et indépendamment de la langue, Vargas n'a pas encore prouvé qu'il avait autant de personnalité, de charisme que Boussoufa. Il n'a pas non plus la même régularité. Il vient de passer trois ans au Club Bruges : ses deux premières saisons ont été moyennes, puis il a enfin explosé avant de se blesser. S'il y a un point sur lequel il est aussi bon que Boussoufa, c'est sûrement sa technique. Et pour moi, il doit jouer dans l'axe, il ne faut pas l'essayer sur un flanc. Boussoufa savait expédier plein de bons centres, ce n'est pas le truc de Vargas.