Par Jacques Sys

Le Club Bruges, par exemple, n'arrivait pas à retrouver son calme après qu'un certain nombre de supporters aient quitté le stade prématurément suite à la défaite à domicile contre Zulte Waregem. Ces même supporters étaient soudain fous de joie après la victoire 2-1 contre Anderlecht, comme si tout le monde se débarrassait de toutes les frustrations et irritations de ces derniers mois.

Et que dire du Standard, où les supporters ont longtemps provoqué des troubles, où le président Roland Duchâtelet et le directeur technique Jean-François de Sart ont été insultés, mais où maintenant tout semble pardonné et oublié. Ainsi va le football, encore plus certainement si l'on réduit de moitié les points de la compétition et qu'il s'agit surtout d'être en forme pour les dix derniers matches de la saison.

Même si le suspense est grand et que les prochaines semaines peuvent se muer en thriller, il n'est pas logique du tout que les points d'une compétition soient réduits de moitié. Anderlecht et Zulte Waregem étaient numéro un et deux. Si les choses tournent mal pour eux, ils peuvent même être éjectés de la Ligue des Champions.

Le Sporting se cherche. L'équipe a commencé très fort face au Club Bruges, elle a été beaucoup plus offensive qu'au Standard, où le résultat était sacré, mais elle n'a pas réussi à rattraper son retard de 1-0. Et les joueurs ont manqué un penalty pour la onzième fois de la saison... John Van den Brom a été mis sur un piédestal au début de la saison, maintenant il est vivement critiqué et des questions se posent sur la politique des Mauves.

Il fait plus calme à Zulte Waregem où Francky Dury maîtrise la situation, mais où l'on rêve également du titre et des quinze millions d'euros que rapporterait la Ligue des Champions, soit presque le double du budget actuel. Le club est peut-être à un carrefour de son histoire.

Pour le dénouement, il faudra attendre le dernier jour, le dimanche de la Pentecôte. Ce jour-là Anderlecht jouera contre Zulte Waregem. Peut-être que le titre sera l'enjeu du match. Mais la situation peut encore changer. Parce qu'il n'y a pas de logique dans les play-offs, mais beaucoup de suspense.

Par Jacques SysLe Club Bruges, par exemple, n'arrivait pas à retrouver son calme après qu'un certain nombre de supporters aient quitté le stade prématurément suite à la défaite à domicile contre Zulte Waregem. Ces même supporters étaient soudain fous de joie après la victoire 2-1 contre Anderlecht, comme si tout le monde se débarrassait de toutes les frustrations et irritations de ces derniers mois. Et que dire du Standard, où les supporters ont longtemps provoqué des troubles, où le président Roland Duchâtelet et le directeur technique Jean-François de Sart ont été insultés, mais où maintenant tout semble pardonné et oublié. Ainsi va le football, encore plus certainement si l'on réduit de moitié les points de la compétition et qu'il s'agit surtout d'être en forme pour les dix derniers matches de la saison. Même si le suspense est grand et que les prochaines semaines peuvent se muer en thriller, il n'est pas logique du tout que les points d'une compétition soient réduits de moitié. Anderlecht et Zulte Waregem étaient numéro un et deux. Si les choses tournent mal pour eux, ils peuvent même être éjectés de la Ligue des Champions. Le Sporting se cherche. L'équipe a commencé très fort face au Club Bruges, elle a été beaucoup plus offensive qu'au Standard, où le résultat était sacré, mais elle n'a pas réussi à rattraper son retard de 1-0. Et les joueurs ont manqué un penalty pour la onzième fois de la saison... John Van den Brom a été mis sur un piédestal au début de la saison, maintenant il est vivement critiqué et des questions se posent sur la politique des Mauves. Il fait plus calme à Zulte Waregem où Francky Dury maîtrise la situation, mais où l'on rêve également du titre et des quinze millions d'euros que rapporterait la Ligue des Champions, soit presque le double du budget actuel. Le club est peut-être à un carrefour de son histoire. Pour le dénouement, il faudra attendre le dernier jour, le dimanche de la Pentecôte. Ce jour-là Anderlecht jouera contre Zulte Waregem. Peut-être que le titre sera l'enjeu du match. Mais la situation peut encore changer. Parce qu'il n'y a pas de logique dans les play-offs, mais beaucoup de suspense.