Déjà vainqueur au Grand Prix de Wallonie en 2006, Philippe Gilbert a devancé cette fois-ci le Français Julien Simon et Bjorn Leukemans. Bert De Waele a pris la 4e place devant Davy Commeyne.

Le champion de Belgique a attaqué dans la partie la plus dure de la Citadelle de Namur après un regroupement au moment d'entamer la dernière difficulté de la journée. Il succède à l'Allemand Paul Martens, vainqueur l'an dernier.

"C'était une course très rapide malgré un vent assez fort", a confié le champion de Belgique au micro de la RTBF. "Il y a eu un groupe important qui s'était détaché en début de course et qu'il a fallu aller chercher. Ce n'était pas évident. Mon équipe a très bien roulé et nous sommes revenus dans le final quand il le fallait ni trop tôt, ni trop tard. Au moment d'aborder la Citadelle, j'étais en bonne position et personne ne voulait prendre la course en main. Un Rabobank a attaqué et ce fut pour moi une belle rampe de lancement. J'ai attaqué dans la partie la plus dure de la Citadelle pour faire la différence."

C'était la dernière course de Philippe Gilbert avant la course sur route des championnats du monde dimanche à Copenhague au Danemark.

Sportfootmagzine.be, avec Belga

Déjà vainqueur au Grand Prix de Wallonie en 2006, Philippe Gilbert a devancé cette fois-ci le Français Julien Simon et Bjorn Leukemans. Bert De Waele a pris la 4e place devant Davy Commeyne. Le champion de Belgique a attaqué dans la partie la plus dure de la Citadelle de Namur après un regroupement au moment d'entamer la dernière difficulté de la journée. Il succède à l'Allemand Paul Martens, vainqueur l'an dernier. "C'était une course très rapide malgré un vent assez fort", a confié le champion de Belgique au micro de la RTBF. "Il y a eu un groupe important qui s'était détaché en début de course et qu'il a fallu aller chercher. Ce n'était pas évident. Mon équipe a très bien roulé et nous sommes revenus dans le final quand il le fallait ni trop tôt, ni trop tard. Au moment d'aborder la Citadelle, j'étais en bonne position et personne ne voulait prendre la course en main. Un Rabobank a attaqué et ce fut pour moi une belle rampe de lancement. J'ai attaqué dans la partie la plus dure de la Citadelle pour faire la différence." C'était la dernière course de Philippe Gilbert avant la course sur route des championnats du monde dimanche à Copenhague au Danemark. Sportfootmagzine.be, avec Belga