La Belgique rêve depuis que Gilbert a transformé la Doyenne en Philippeville-Bastogne-Philippeville. Numéro 1 mondial, le Liégeois est le roi de classiques: peut-il gagner un jour le Tour de France? Intelligent et puissant, il domine les arrivées en côte comme à Huy, à l'Amstel Gold Race et, différemment, à Liège. Mais la haute montagne d'une course par étapes, c'est autre chose car il faut s'élever durant des dizaines de kilomètres.

Admiratif, Eddy Merckx estime que le Liégeois est capable de signer un bon Tour de France à condition de "maigrir" et donc d'être plus léger, de donner la priorité à la souplesse par rapport à la puissance qui paye cash dans les classiques. Gilbert ne connaît visiblement pas ses limites.

Pierre Bilic

La Belgique rêve depuis que Gilbert a transformé la Doyenne en Philippeville-Bastogne-Philippeville. Numéro 1 mondial, le Liégeois est le roi de classiques: peut-il gagner un jour le Tour de France? Intelligent et puissant, il domine les arrivées en côte comme à Huy, à l'Amstel Gold Race et, différemment, à Liège. Mais la haute montagne d'une course par étapes, c'est autre chose car il faut s'élever durant des dizaines de kilomètres. Admiratif, Eddy Merckx estime que le Liégeois est capable de signer un bon Tour de France à condition de "maigrir" et donc d'être plus léger, de donner la priorité à la souplesse par rapport à la puissance qui paye cash dans les classiques. Gilbert ne connaît visiblement pas ses limites. Pierre Bilic