Par Pierre Bilic
Roué de coups, Richard Nieuwenhuizen, 41 ans, est mort après un match entre des jeunes de 15 ans du SC Buitenboys et de Nieuw Sloten. Des jeunes de cette dernière équipe ont tabassé le juge de touche à coups de pieds : il s'est relevé, a suivi un autre match avant de s'écrouler. La faculté a attribué ce drame aux coups qui ont provoqué des séquelles cérébrales mortelles. Des jeunes ont été arrêtés.

Ancien arbitre belge de haut niveau international, Alex Ponnet ne cache pas sa peine : "C'est dramatique, inadmissible. Il faut réfléchir et agir : arbitrer ne peut pas devenir le jeu de la roulette russe. Il sera bientôt impossible de trouver des arbitres pour les matches de jeunes. Je ne détiens pas la solution pour résoudre ce problème de société. En France, les auteurs de telles agressions doivent rendre des comptes à la justice."

Les clubs ont tout fait pour réduire le rayonnement de la commission d'éthique

Des arbitres sont agressés chaque semaine en Belgique. Ce phénomène ne date pas d'hier : les fédérations et les clubs réagissent mollement. Il y a 30 ans, en 1982, Alex Ponnet a reçu un coup à la tempe d'un joueur au Koweït. Le fautif a été suspendu mais l'arbitre a été mis sous pression pour ne pas acter en justice.

En Belgique, une commission d'éthique a été mise sur pied pour dénoncer les comportements dangereux : les clubs ont tout fait pour en réduire le rayonnement. Ce dernier week-end, un joueur de Charleroi a insulté son coach. A Lokeren, Peter Maes a discuté une décision de l'arbitre. "Il s'est appuyé sur les images d'un écran de télévision qui se trouvait dans la zone. Or, le règlement interdit la présence d'un moniteur à cet endroit-là. Et cela a donné lieu à des échanges verbaux devant tout un stade qui s'énervait."

Cela nous éloigne du décès des Pays-Bas mais comme Ponnet le souligne, "si la D1 montrait l'exemple, ce serait déjà un pas dans la bonne direction".

Par Pierre Bilic Roué de coups, Richard Nieuwenhuizen, 41 ans, est mort après un match entre des jeunes de 15 ans du SC Buitenboys et de Nieuw Sloten. Des jeunes de cette dernière équipe ont tabassé le juge de touche à coups de pieds : il s'est relevé, a suivi un autre match avant de s'écrouler. La faculté a attribué ce drame aux coups qui ont provoqué des séquelles cérébrales mortelles. Des jeunes ont été arrêtés. Ancien arbitre belge de haut niveau international, Alex Ponnet ne cache pas sa peine : "C'est dramatique, inadmissible. Il faut réfléchir et agir : arbitrer ne peut pas devenir le jeu de la roulette russe. Il sera bientôt impossible de trouver des arbitres pour les matches de jeunes. Je ne détiens pas la solution pour résoudre ce problème de société. En France, les auteurs de telles agressions doivent rendre des comptes à la justice."Les clubs ont tout fait pour réduire le rayonnement de la commission d'éthiqueDes arbitres sont agressés chaque semaine en Belgique. Ce phénomène ne date pas d'hier : les fédérations et les clubs réagissent mollement. Il y a 30 ans, en 1982, Alex Ponnet a reçu un coup à la tempe d'un joueur au Koweït. Le fautif a été suspendu mais l'arbitre a été mis sous pression pour ne pas acter en justice. En Belgique, une commission d'éthique a été mise sur pied pour dénoncer les comportements dangereux : les clubs ont tout fait pour en réduire le rayonnement. Ce dernier week-end, un joueur de Charleroi a insulté son coach. A Lokeren, Peter Maes a discuté une décision de l'arbitre. "Il s'est appuyé sur les images d'un écran de télévision qui se trouvait dans la zone. Or, le règlement interdit la présence d'un moniteur à cet endroit-là. Et cela a donné lieu à des échanges verbaux devant tout un stade qui s'énervait." Cela nous éloigne du décès des Pays-Bas mais comme Ponnet le souligne, "si la D1 montrait l'exemple, ce serait déjà un pas dans la bonne direction".