Patrick Vanoppen assure que le départ de Adrie Koster s'est fait d'un commun accord parce qu'il n'y avait "plus aucune garantie que la collaboration soit un jour fructueuse". Le président du club anversois, 12e en championnat avec 17 points en 17 rencontres, attend à présent une réaction de ses joueurs. "Je suis plus fâché sur les joueurs que sur Adrie Koster, soyons clair. Il est urgent que certains d'entre eux se regardent dans une glace et se demandent s'ils veulent encore être footballeur professionnel dans un avenir proche. Même Adrie craignait de ne plus rien savoir en tirer". Le président anversois a aussi réfuté que ce changement d'entraîneur soit dicté par le groupe d'investisseurs germano-polonais et que des camps ne soient formés au sein des joueurs. "Il y a effectivement deux camps", a ironisé Patrick Vanopeen. "Un camp "équipe", et un camp "égo". Et ce dernier se composent de joueurs qui galvaudent leur chance de jouer au plus haut niveau, et qui risquent de voir le boomerang leur revenir en pleine face." L'interim est pour l'heure assuré par l'adjoint, Wim De Corte. Une réunion d'évaluation se tiendra après la rencontre à Zulte Waregem samedi. Patrick Vanoppen a admis qu'il n'avait encore aucun entraîneur en vue. (MARC GOYVAERTS)

Patrick Vanoppen assure que le départ de Adrie Koster s'est fait d'un commun accord parce qu'il n'y avait "plus aucune garantie que la collaboration soit un jour fructueuse". Le président du club anversois, 12e en championnat avec 17 points en 17 rencontres, attend à présent une réaction de ses joueurs. "Je suis plus fâché sur les joueurs que sur Adrie Koster, soyons clair. Il est urgent que certains d'entre eux se regardent dans une glace et se demandent s'ils veulent encore être footballeur professionnel dans un avenir proche. Même Adrie craignait de ne plus rien savoir en tirer". Le président anversois a aussi réfuté que ce changement d'entraîneur soit dicté par le groupe d'investisseurs germano-polonais et que des camps ne soient formés au sein des joueurs. "Il y a effectivement deux camps", a ironisé Patrick Vanopeen. "Un camp "équipe", et un camp "égo". Et ce dernier se composent de joueurs qui galvaudent leur chance de jouer au plus haut niveau, et qui risquent de voir le boomerang leur revenir en pleine face." L'interim est pour l'heure assuré par l'adjoint, Wim De Corte. Une réunion d'évaluation se tiendra après la rencontre à Zulte Waregem samedi. Patrick Vanoppen a admis qu'il n'avait encore aucun entraîneur en vue. (MARC GOYVAERTS)