"Je ne souhaite jamais assombrir cet instant où un athlète triomphe et je souhaite présenter mes excuses pour le moment que j'ai choisi pour faire mes commentaires", a déclaré Oscar Pistorius dans un communiqué.

"Je pense qu'il y a un problème (concernant les prothèses, ndlr) et je salue l'occasion qui m'est faite d'en discuter avec le CIP (Comité international paralympique,) mais je reconnais que soulever ce débat immédiatement après la course était inapproprié", a-t-il ajouté. "C'était le moment d'Alan (Oliveira, médaille d'or, ndlr) et je voudrais insister sur le respect que j'ai pour lui", a-t-il encore dit.

Pistorius : la finale du 200m "pas équitable"

Aux jeux Paralympiques de Londres dimanche soir, le Brésilien Alan Oliveira a remporté le 200 mètres, devant Oscar Pistorius. A peine la course terminée, le Sud-Africain a dénoncé les lames utilisées par certains de ses concurrents, qu'il juge trop longues, et mis en cause les instances paralympiques.

"Je ne veux rien enlever à la performance d'Alan, c'est un grand athlète, mais ces gars sont beaucoup plus grands (à cause de leurs prothèses, ndlr), vous ne pouvez pas rivaliser avec la longueur de leurs enjambées", a-t-il argué. "Vous avez vu comme il est revenu de loin. Nous ne sommes pas face à une course équitable. J'ai fait de mon mieux", a-t-il ajouté.

Le jeune homme de 25 ans, surnommé "Blade Runner" en référence à ses prothèses en lames de carbone, avait pourtant fait samedi une entrée remarquée aux Paralympiques en battant un record du monde, en 21 secondes 30, lors des séries du 200 m.

Sur 100 m, la finale est prévue le 6 septembre. Pistorius estime difficile de conserver son titre, jugeant l'épreuve très ouverte, avec la concurrence du Britannique Jonnie Peacock, qui a abaissé en juin dernier le record du monde de la ligne droite à 10 sec 85.

Le Sud-Africain avait lors des JO début août, atteint les demi-finales du 400 m et la finale du 4x400 m, en dernier relayeur.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

"Je ne souhaite jamais assombrir cet instant où un athlète triomphe et je souhaite présenter mes excuses pour le moment que j'ai choisi pour faire mes commentaires", a déclaré Oscar Pistorius dans un communiqué. "Je pense qu'il y a un problème (concernant les prothèses, ndlr) et je salue l'occasion qui m'est faite d'en discuter avec le CIP (Comité international paralympique,) mais je reconnais que soulever ce débat immédiatement après la course était inapproprié", a-t-il ajouté. "C'était le moment d'Alan (Oliveira, médaille d'or, ndlr) et je voudrais insister sur le respect que j'ai pour lui", a-t-il encore dit. Pistorius : la finale du 200m "pas équitable" Aux jeux Paralympiques de Londres dimanche soir, le Brésilien Alan Oliveira a remporté le 200 mètres, devant Oscar Pistorius. A peine la course terminée, le Sud-Africain a dénoncé les lames utilisées par certains de ses concurrents, qu'il juge trop longues, et mis en cause les instances paralympiques. "Je ne veux rien enlever à la performance d'Alan, c'est un grand athlète, mais ces gars sont beaucoup plus grands (à cause de leurs prothèses, ndlr), vous ne pouvez pas rivaliser avec la longueur de leurs enjambées", a-t-il argué. "Vous avez vu comme il est revenu de loin. Nous ne sommes pas face à une course équitable. J'ai fait de mon mieux", a-t-il ajouté.Le jeune homme de 25 ans, surnommé "Blade Runner" en référence à ses prothèses en lames de carbone, avait pourtant fait samedi une entrée remarquée aux Paralympiques en battant un record du monde, en 21 secondes 30, lors des séries du 200 m. Sur 100 m, la finale est prévue le 6 septembre. Pistorius estime difficile de conserver son titre, jugeant l'épreuve très ouverte, avec la concurrence du Britannique Jonnie Peacock, qui a abaissé en juin dernier le record du monde de la ligne droite à 10 sec 85. Le Sud-Africain avait lors des JO début août, atteint les demi-finales du 400 m et la finale du 4x400 m, en dernier relayeur. Sportfootmagazine.be, avec Belga