Depuis 1961, ces albums qui nous donnaient tant de fil à retordre pour les compléter, ont illuminé les yeux de millions d'enfants. L'idée était simple : créer des albums permettant à tous et à chacun de collectionner des étiquettes autocollantes, jadis en carton, représentant par exemple des joueurs de football. Le succès fut immédiat ! Plus de 3 millions de pochettes vendues pour le premier album de "Calciatori" ! Si aujourd'hui l'empire Panini est aux mains de Vittorio Merloni, le succès n'en est pas moindre. Avec plus de 600 millions d'euros de chiffre d'affaire annuel, Panini reste leader mondial dans son domaine.

En même temps, qui n'a jamais eu d'album Panini ? On se souvient tous des difficultés que l'on éprouvait à compléter ces fameux albums... C'était un des sujets de conversation les plus abordés dans les cours de récréation. Les échanges entre copains, les "doubles" dont on voulait se débarrasser, les disputes futiles pour les cartes que l'on avait pas... C'était ça, l'esprit Panini. Nombreux sont les amateurs de football devenus incollables sur leurs stars favorites, allant même jusqu'à retenir leurs tailles, leurs poids, leurs nationalités, leurs clubs,...

La mort du dernier co-fondateur vivant de cet empire, a suscité de nombreuses réactions sur différents sites d'informations. Sur le site SoFoot.com notamment, on y retrouve une liste de clichés sur ces fameux albums Panini. En voici quelques-uns...


Tu sais que t'as grandi avec les Panini quand...
- ... tu as pratiqué l'échange de Panini à la récréation. En partant toujours du principe qu'un joueur fort "valait plus" qu'un joueur plus modeste.
- ... tu as déjà pleuré en collant une image au mauvais endroit. Surtout quand tu as essayé de la décoller, et que ça a déchiré la page.
- ... à un moment donné, tu as eu tellement de doubles que tu as racheté un album vide pour faire un album de doubles.
- ... ta chambre était un bordel monstre, tes cahiers et ton cartable étaient dégueulasses, mais tu étais maniaque avec tes images. Si elle était collée de travers ou qu'il y avait un petit pli, c'était poubelle, point barre.
- ... "Tu me l'échanges ??" "Ouais, mais contre deux joueurs... C'est un brillant !"

Depuis 1961, ces albums qui nous donnaient tant de fil à retordre pour les compléter, ont illuminé les yeux de millions d'enfants. L'idée était simple : créer des albums permettant à tous et à chacun de collectionner des étiquettes autocollantes, jadis en carton, représentant par exemple des joueurs de football. Le succès fut immédiat ! Plus de 3 millions de pochettes vendues pour le premier album de "Calciatori" ! Si aujourd'hui l'empire Panini est aux mains de Vittorio Merloni, le succès n'en est pas moindre. Avec plus de 600 millions d'euros de chiffre d'affaire annuel, Panini reste leader mondial dans son domaine. En même temps, qui n'a jamais eu d'album Panini ? On se souvient tous des difficultés que l'on éprouvait à compléter ces fameux albums... C'était un des sujets de conversation les plus abordés dans les cours de récréation. Les échanges entre copains, les "doubles" dont on voulait se débarrasser, les disputes futiles pour les cartes que l'on avait pas... C'était ça, l'esprit Panini. Nombreux sont les amateurs de football devenus incollables sur leurs stars favorites, allant même jusqu'à retenir leurs tailles, leurs poids, leurs nationalités, leurs clubs,... La mort du dernier co-fondateur vivant de cet empire, a suscité de nombreuses réactions sur différents sites d'informations. Sur le site SoFoot.com notamment, on y retrouve une liste de clichés sur ces fameux albums Panini. En voici quelques-uns... Tu sais que t'as grandi avec les Panini quand... - ... tu as pratiqué l'échange de Panini à la récréation. En partant toujours du principe qu'un joueur fort "valait plus" qu'un joueur plus modeste. - ... tu as déjà pleuré en collant une image au mauvais endroit. Surtout quand tu as essayé de la décoller, et que ça a déchiré la page. - ... à un moment donné, tu as eu tellement de doubles que tu as racheté un album vide pour faire un album de doubles. - ... ta chambre était un bordel monstre, tes cahiers et ton cartable étaient dégueulasses, mais tu étais maniaque avec tes images. Si elle était collée de travers ou qu'il y avait un petit pli, c'était poubelle, point barre. - ... "Tu me l'échanges ??" "Ouais, mais contre deux joueurs... C'est un brillant !"