Le Suisse, 8-ème joueur mondial, a ainsi confirmé sa victoire mardi en quart sur Novak Djokovic (ATP 2), triple tenant du titre. Il avait mis fin à la série de 25 victoires du Serbe à Melbourne. Il sera opposé dimanche à son compatriote Roger Federer (ATP 6) ou à l'Espagnol Rafael Nadal (ATP 1). Wawrinka aura dû attendre son 36-ème tournoi du Grand Chelem pour aller en finale. Seul l'Espagnol David Ferrer a dû patienter plus longtemps (42) dans l'ère Open (depuis 1968). Peu de choses ont séparé Wawrinka et Berdych (N.7), qui a déjà disputé une finale en Grand Chelem, en 2010 à Wimbledon. Le Suisse a juste été un peu plus opportuniste, s'offrant le break dans le premier set sur un smash mal assuré du Tchèque. Très solides sur leur service, les deux joueurs sont allés jusqu'au tie-break dans les trois sets suivants. Wawrinka a lâché le premier sans combattre. Berdych lui a rendu la pareille dans le second, avec deux doubles fautes, dont une sur la balle de set. Dans le troisième, le Tchèque, décidément friable mentalement, a commis la même erreur pour permettre à Wawrinka de mener 4-1. La messe était dite... (Belga)

Le Suisse, 8-ème joueur mondial, a ainsi confirmé sa victoire mardi en quart sur Novak Djokovic (ATP 2), triple tenant du titre. Il avait mis fin à la série de 25 victoires du Serbe à Melbourne. Il sera opposé dimanche à son compatriote Roger Federer (ATP 6) ou à l'Espagnol Rafael Nadal (ATP 1). Wawrinka aura dû attendre son 36-ème tournoi du Grand Chelem pour aller en finale. Seul l'Espagnol David Ferrer a dû patienter plus longtemps (42) dans l'ère Open (depuis 1968). Peu de choses ont séparé Wawrinka et Berdych (N.7), qui a déjà disputé une finale en Grand Chelem, en 2010 à Wimbledon. Le Suisse a juste été un peu plus opportuniste, s'offrant le break dans le premier set sur un smash mal assuré du Tchèque. Très solides sur leur service, les deux joueurs sont allés jusqu'au tie-break dans les trois sets suivants. Wawrinka a lâché le premier sans combattre. Berdych lui a rendu la pareille dans le second, avec deux doubles fautes, dont une sur la balle de set. Dans le troisième, le Tchèque, décidément friable mentalement, a commis la même erreur pour permettre à Wawrinka de mener 4-1. La messe était dite... (Belga)