Une anomalie du rythme cardiaque avait été décelée lors des tests que les coureurs de Lotto-Belisol avaient passés en novembre dernier au CHC de Liège. "Des examens complémentaires par les spécialistes du coeur, le docteur Demanez et le professeur Heidbuchel, ont révélé que ce n'était pas un obstacle pour la pratique d'un sport de haut niveau. Lorsque Olivier a ressenti de nouvelles douleurs à la mi-janvier au Tour Down Under - d'une nature différente que précédemment établie - ce problème a également été étudié et analysé. Les résultats et conclusions ont montré qu'il n'y a pas d'autre choix: continuer la compétition n'est pas une option", explique Jan Mathieu, le médecin de Lotto-Belisol. Membre de l'équipe Lotto depuis 2006, Olivier Kaisen est le plus ancien coureur de la formation WorldTour belge. "J'ai reçu la communication que je craignais vendredi passé: je dois stopper le cyclisme. J'aurai bien entendu préféré autre chose, mais continuer le cyclisme n'est pas une option", déclare Olivier Kaisen. "J'aurais bien volontiers encore couru quelques années, mais je dois écouter mon corps et respecter les décisions des médecins, bien que cela soit difficile. Je n'ai jamais pensé que quelqu'un d'autre que moi aurait décidé de la fin de ma carrière". (Belga)

Une anomalie du rythme cardiaque avait été décelée lors des tests que les coureurs de Lotto-Belisol avaient passés en novembre dernier au CHC de Liège. "Des examens complémentaires par les spécialistes du coeur, le docteur Demanez et le professeur Heidbuchel, ont révélé que ce n'était pas un obstacle pour la pratique d'un sport de haut niveau. Lorsque Olivier a ressenti de nouvelles douleurs à la mi-janvier au Tour Down Under - d'une nature différente que précédemment établie - ce problème a également été étudié et analysé. Les résultats et conclusions ont montré qu'il n'y a pas d'autre choix: continuer la compétition n'est pas une option", explique Jan Mathieu, le médecin de Lotto-Belisol. Membre de l'équipe Lotto depuis 2006, Olivier Kaisen est le plus ancien coureur de la formation WorldTour belge. "J'ai reçu la communication que je craignais vendredi passé: je dois stopper le cyclisme. J'aurai bien entendu préféré autre chose, mais continuer le cyclisme n'est pas une option", déclare Olivier Kaisen. "J'aurais bien volontiers encore couru quelques années, mais je dois écouter mon corps et respecter les décisions des médecins, bien que cela soit difficile. Je n'ai jamais pensé que quelqu'un d'autre que moi aurait décidé de la fin de ma carrière". (Belga)