Les 165,76 millions d'euros pour trois saisons ont redessiné le paysage du foot belge.

Le Standard : gagnant

Le contrat officiel, qui doit être signé ce vendredi, était conditionné au regard du Standard. La direction rouche menaçait de vendre individuellement ses droits si le produit ne l'agréait pas. Mais l'acceptation coule de source. Les montants n'ont jamais été aussi importants et un refus des Liégeois désavouerait l'un des principaux partenaires du club, VOO, qui perdrait la plus belle exposition dont il pouvait rêver. En plus, les opérateurs ont communiqué sur la refonte de leur offre dès que la décision a été connue !

Telenet : gagnant

S'adjuge les trois meilleures affiches de chaque journée. Avec Belgacom, ce ne sont pas les conflits (et les procès) qui ont manqué. En 2008, l'opérateur flamand n'avait pas pu rendre d'offre à cause de Belgacom. Telenet avait saisi le conseil de la concurrence pour être débarrassé de l'obligation de partager ses images avec des tiers (dont Belgacom). La justice lui avait donné raison mais Belgacom avait interjeté appel et bloqué Telenet. Qui lui rend aujourd'hui la monnaie de sa pièce...

Ivan de Witte : gagnant

Il s'apprêtait à quitter la Ligue pro comme un paria mais s'en va avec l'image d'un réconciliateur.

VOO : gagnant

Depuis quelques mois, le câblo-opérateur wallon abreuve les médias de publicité. Mais tout comme Belgacom en 2005, il avait besoin d'un vrai produit d'appel. En devenant partenaire de Telenet pour récupérer les trois affiches du côté francophone, il se fait définitivement un nom.

Les clubs : gagnants

Ils sont assurés de toucher 20% de plus.

La RTBF : gagnante

Elle garde les droits des résumés et du talk-show du lundi soir en refonte complète. Bonus : la RTBF pourra proposer tous les résumés du week-end ainsi que la future Tribune du lundi soir en direct sur son site web.

Belgacom : perdant

L'opérateur garde les cinq affiches les moins sexys. Il n'a pas retenu les leçons du passé : il avait laissé filer les test-matches entre le Standard et Anderlecht en 2009 après avoir négligé BeTV qui avait raflé la mise pour 1,2 million d'euros. Belgacom avait les moyens de supplanter Telenet. Il a proposé un peu plus pour le tout (on évoque la somme d'il y a trois ans indexée et une proposition finale à 50 millions) mais Telenet mettait le paquet pour les deux lots les plus prestigieux. En 2010, Jean-Charles de Keyser expliquait que le foot n'était plus vital. Il y a deux ans, il avait aussi dit que 20 à 25 % des clients choisissaient Belgacom en raison du foot !

Anderlecht : perdant

L'un des centres du foot se déplace de Bruxelles à Liège, siège de VOO/Tecteo. Et c'est tout un microcosme qui va en profiter. Les Rouches sont proches de Stéphane Moreau, patron de VOO... et bourgmestre d'Ans. Le Standard n'a jamais digéré le lien de sponsoring entre Anderlecht et Belgacom. Un jour, Laszlo Bölöni s'était emporté contre les journalistes de Belgacom 11, estimant que c'était une chaîne pro-Anderlecht !

Les supporters : perdants

Deux décodeurs seront désormais nécessaires pour profiter de tout le foot belge. Une pilule qui se chiffre en plusieurs centaines d'euros.

Les 165,76 millions d'euros pour trois saisons ont redessiné le paysage du foot belge. Le Standard : gagnant Le contrat officiel, qui doit être signé ce vendredi, était conditionné au regard du Standard. La direction rouche menaçait de vendre individuellement ses droits si le produit ne l'agréait pas. Mais l'acceptation coule de source. Les montants n'ont jamais été aussi importants et un refus des Liégeois désavouerait l'un des principaux partenaires du club, VOO, qui perdrait la plus belle exposition dont il pouvait rêver. En plus, les opérateurs ont communiqué sur la refonte de leur offre dès que la décision a été connue ! Telenet : gagnant S'adjuge les trois meilleures affiches de chaque journée. Avec Belgacom, ce ne sont pas les conflits (et les procès) qui ont manqué. En 2008, l'opérateur flamand n'avait pas pu rendre d'offre à cause de Belgacom. Telenet avait saisi le conseil de la concurrence pour être débarrassé de l'obligation de partager ses images avec des tiers (dont Belgacom). La justice lui avait donné raison mais Belgacom avait interjeté appel et bloqué Telenet. Qui lui rend aujourd'hui la monnaie de sa pièce... Ivan de Witte : gagnant Il s'apprêtait à quitter la Ligue pro comme un paria mais s'en va avec l'image d'un réconciliateur. VOO : gagnant Depuis quelques mois, le câblo-opérateur wallon abreuve les médias de publicité. Mais tout comme Belgacom en 2005, il avait besoin d'un vrai produit d'appel. En devenant partenaire de Telenet pour récupérer les trois affiches du côté francophone, il se fait définitivement un nom. Les clubs : gagnants Ils sont assurés de toucher 20% de plus. La RTBF : gagnante Elle garde les droits des résumés et du talk-show du lundi soir en refonte complète. Bonus : la RTBF pourra proposer tous les résumés du week-end ainsi que la future Tribune du lundi soir en direct sur son site web. Belgacom : perdant L'opérateur garde les cinq affiches les moins sexys. Il n'a pas retenu les leçons du passé : il avait laissé filer les test-matches entre le Standard et Anderlecht en 2009 après avoir négligé BeTV qui avait raflé la mise pour 1,2 million d'euros. Belgacom avait les moyens de supplanter Telenet. Il a proposé un peu plus pour le tout (on évoque la somme d'il y a trois ans indexée et une proposition finale à 50 millions) mais Telenet mettait le paquet pour les deux lots les plus prestigieux. En 2010, Jean-Charles de Keyser expliquait que le foot n'était plus vital. Il y a deux ans, il avait aussi dit que 20 à 25 % des clients choisissaient Belgacom en raison du foot ! Anderlecht : perdant L'un des centres du foot se déplace de Bruxelles à Liège, siège de VOO/Tecteo. Et c'est tout un microcosme qui va en profiter. Les Rouches sont proches de Stéphane Moreau, patron de VOO... et bourgmestre d'Ans. Le Standard n'a jamais digéré le lien de sponsoring entre Anderlecht et Belgacom. Un jour, Laszlo Bölöni s'était emporté contre les journalistes de Belgacom 11, estimant que c'était une chaîne pro-Anderlecht ! Les supporters : perdants Deux décodeurs seront désormais nécessaires pour profiter de tout le foot belge. Une pilule qui se chiffre en plusieurs centaines d'euros.