L'équipe belge composée de François Heersbrandt, Yoris Grandjean, Pieter Timmers et Jasper Aerents s'est montrée la plus rapide des séries en 1:25.52, devançant l'Italie qui avait réalisé 1:25.89 dans une autre série. Heersbrandt a bouclé son 50m en 21.82, Grandjean en 21.16, Timmers en 21.49 et Aerents en 21.05. Le quatuor améliore le record de Belgique réalisé lors de l'Euro 2012 à Chartres (1:25.60) mais établit surtout officiellement un nouveau record du monde de la discipline. Alors que le record d'Europe, détenu par la France depuis l'Euro 2008, est de 1:20.77... La raison est simple: la fédération mondiale de natation, la FINA, reconnaît seulement depuis cet Euro le relais 4x50m nage libre en petit bassin. Alors que la fédération européenne de natation, la LEN, reconnaît la discipline depuis plusieurs années. Ce qui explique que la meilleure marque européenne est inférieure au record du monde et offre à la Belgique un moment de gloire qui ne pourrait durer quelques heures. Car ce record du monde établi par les Belges va vraisemblablement tomber en finale dimanche soir. La Russie a laissé Morozov, son nageur le plus rapide, au repos lors des séries et fait figure de grandissime favorite à la médaille d'or. La Belgique peut cependant viser une médaille, son objectif. (Belga)

L'équipe belge composée de François Heersbrandt, Yoris Grandjean, Pieter Timmers et Jasper Aerents s'est montrée la plus rapide des séries en 1:25.52, devançant l'Italie qui avait réalisé 1:25.89 dans une autre série. Heersbrandt a bouclé son 50m en 21.82, Grandjean en 21.16, Timmers en 21.49 et Aerents en 21.05. Le quatuor améliore le record de Belgique réalisé lors de l'Euro 2012 à Chartres (1:25.60) mais établit surtout officiellement un nouveau record du monde de la discipline. Alors que le record d'Europe, détenu par la France depuis l'Euro 2008, est de 1:20.77... La raison est simple: la fédération mondiale de natation, la FINA, reconnaît seulement depuis cet Euro le relais 4x50m nage libre en petit bassin. Alors que la fédération européenne de natation, la LEN, reconnaît la discipline depuis plusieurs années. Ce qui explique que la meilleure marque européenne est inférieure au record du monde et offre à la Belgique un moment de gloire qui ne pourrait durer quelques heures. Car ce record du monde établi par les Belges va vraisemblablement tomber en finale dimanche soir. La Russie a laissé Morozov, son nageur le plus rapide, au repos lors des séries et fait figure de grandissime favorite à la médaille d'or. La Belgique peut cependant viser une médaille, son objectif. (Belga)