"Je suis heureux de pouvoir faire partie du projey Torpado en 2013", confie Paulissen. "J'ai été attiré par leur enthousiasme et leur caractère sympathique. Ils sont en outre très professionnels, je peux donc oeuvrer à mon come-back sans stress". Sept fois champion de Belgique de mountainbike, Roel Paulissen a également été champion du monde de VTT-marathon en 2008 et 2009 et 4e des Jeux Olympiques d'Athènes en 2004. Il avait été contrôlé positif à deux reprises, hors compétition, les 6 et 19 juin 2010 à la clomiphène, une hormone interdite similaire à la testostérone. Pour sa défense, l'avocat de Paulissen avait plaidé que la présence de cette hormone dans l'organisme du coureur était due à une contamination par des compléments alimentaires. De plus il avait argumenté que la quantité détectée était minime et qu'il était prouvé que ce produit, dans cette proportion, ne pouvait servir à améliorer la performance. La commission disciplinaire de la Ligue vélocipédique belge (RLVB) n'avait pas suivi ces arguments et avait condamné Paulissen à deux ans de suspension et une amende de 7.500 euros. (DIRK WAEM)

"Je suis heureux de pouvoir faire partie du projey Torpado en 2013", confie Paulissen. "J'ai été attiré par leur enthousiasme et leur caractère sympathique. Ils sont en outre très professionnels, je peux donc oeuvrer à mon come-back sans stress". Sept fois champion de Belgique de mountainbike, Roel Paulissen a également été champion du monde de VTT-marathon en 2008 et 2009 et 4e des Jeux Olympiques d'Athènes en 2004. Il avait été contrôlé positif à deux reprises, hors compétition, les 6 et 19 juin 2010 à la clomiphène, une hormone interdite similaire à la testostérone. Pour sa défense, l'avocat de Paulissen avait plaidé que la présence de cette hormone dans l'organisme du coureur était due à une contamination par des compléments alimentaires. De plus il avait argumenté que la quantité détectée était minime et qu'il était prouvé que ce produit, dans cette proportion, ne pouvait servir à améliorer la performance. La commission disciplinaire de la Ligue vélocipédique belge (RLVB) n'avait pas suivi ces arguments et avait condamné Paulissen à deux ans de suspension et une amende de 7.500 euros. (DIRK WAEM)