Le pilote Yamaha, solide leader, marque surtout de gros points au Championnat du monde avec la chute de son compatriote Dani Pedrosa (Honda), percuté et sorti de la route par Hector Barbera (Ducati) avant même la fin du premier tour.

Avec l'abandon de son plus gros rival pour le titre, Lorenzo a fait cavalier seul menant de bout en bout. Détenteur du meilleur chrono dès le 3e tour, il n'a jamais été inquiété alors qu'au grand plaisir de ses admirateurs venus en nombre, Valentino Rossi réalisait sa meilleur performance au guidon de la Ducati depuis son arrivée chez le constructeur italien en 2011.

Le fil de la course

La course avait commencé par un faux départ -rarissime en MotoGP- le Tchèque Karel Abraham ayant quitté son emplacement sur la grille bien avant le déclenchement des feux. S'excusant auprès de ses camarades -il aurait pu en percuter un- il est reparti des stands tandis que l'auteur de la position de pointe, Pedrosa -dont la moto a dû rester dans les mains des mécaniciens après le temps imparti- a été pénalisé et s'est élancé du milieu de grille.

Dès le premier tour, Lorenzo s'installait en tête, suivi de Rossi et de l'Allemand Stefan Bradl (Honda) qui n'accepta de laisser partir le multiple champion du monde qu'après une vingtaine de tours. Jusqu'à ce que Bautista le double et qu'il cède finalement à la pression des pilotes Yamaha, Andrea Dovizioso et Ben Spies, dans les tout derniers tours.

Le premier tour :

Bradl termine finalement 6e devant Nicky Hayden (Ducati), Jonathan Rea (Honda) et Randy de Puniet, 9e et premier de la catégorie CRT.

Les 3 derniers tours :

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Le pilote Yamaha, solide leader, marque surtout de gros points au Championnat du monde avec la chute de son compatriote Dani Pedrosa (Honda), percuté et sorti de la route par Hector Barbera (Ducati) avant même la fin du premier tour. Avec l'abandon de son plus gros rival pour le titre, Lorenzo a fait cavalier seul menant de bout en bout. Détenteur du meilleur chrono dès le 3e tour, il n'a jamais été inquiété alors qu'au grand plaisir de ses admirateurs venus en nombre, Valentino Rossi réalisait sa meilleur performance au guidon de la Ducati depuis son arrivée chez le constructeur italien en 2011. Le fil de la course La course avait commencé par un faux départ -rarissime en MotoGP- le Tchèque Karel Abraham ayant quitté son emplacement sur la grille bien avant le déclenchement des feux. S'excusant auprès de ses camarades -il aurait pu en percuter un- il est reparti des stands tandis que l'auteur de la position de pointe, Pedrosa -dont la moto a dû rester dans les mains des mécaniciens après le temps imparti- a été pénalisé et s'est élancé du milieu de grille. Dès le premier tour, Lorenzo s'installait en tête, suivi de Rossi et de l'Allemand Stefan Bradl (Honda) qui n'accepta de laisser partir le multiple champion du monde qu'après une vingtaine de tours. Jusqu'à ce que Bautista le double et qu'il cède finalement à la pression des pilotes Yamaha, Andrea Dovizioso et Ben Spies, dans les tout derniers tours. Le premier tour : Bradl termine finalement 6e devant Nicky Hayden (Ducati), Jonathan Rea (Honda) et Randy de Puniet, 9e et premier de la catégorie CRT.Les 3 derniers tours :Sportfootmagazine.be, avec Belga