"Dans la dernière manche, j'ai vu nos chances partir en fumée quand Clément est tombé", a raconté Smets. "J'ai été le voir au poste de secours et ne pensais plus à la victoire. Quand j'ai entendu, une demi-heure plus tard, que nous étions encore en tête, je pouvais à peine y croire. Les derniers tours étaient fantastiques." "Je suis heureux de cette victoire", a ajouté Desalle. "Mais je souffre aussi à l'épaule. C'est dommage de se blesser dans la toute dernière manche de la saison. Mais bon, j'essaye de profiter autant que possible de la victoire ce soir, et demain (NDLR: lundi), j'irai aussi vite que possible chez le docteur." Une deuxième place pour De Dycker dans la troisième course a suffi à assurer une quinzième victoire finale belge. "La dernière manche était si stressante", a déclaré le pilote. "Je ne savais pas que Clément était tombé. Le circuit était très dur, mais je me sentais beaucoup mieux dans la deuxième manche que dans la première." "C'était un défi de retourner sur une moto MX2", a déclaré Van Horebeek. "Quand Clément est tombé, tout reposait sur les épaules de Ken. Gagner le GP des Nations est un rêve d'enfant qui se réalise." (Belga)

"Dans la dernière manche, j'ai vu nos chances partir en fumée quand Clément est tombé", a raconté Smets. "J'ai été le voir au poste de secours et ne pensais plus à la victoire. Quand j'ai entendu, une demi-heure plus tard, que nous étions encore en tête, je pouvais à peine y croire. Les derniers tours étaient fantastiques." "Je suis heureux de cette victoire", a ajouté Desalle. "Mais je souffre aussi à l'épaule. C'est dommage de se blesser dans la toute dernière manche de la saison. Mais bon, j'essaye de profiter autant que possible de la victoire ce soir, et demain (NDLR: lundi), j'irai aussi vite que possible chez le docteur." Une deuxième place pour De Dycker dans la troisième course a suffi à assurer une quinzième victoire finale belge. "La dernière manche était si stressante", a déclaré le pilote. "Je ne savais pas que Clément était tombé. Le circuit était très dur, mais je me sentais beaucoup mieux dans la deuxième manche que dans la première." "C'était un défi de retourner sur une moto MX2", a déclaré Van Horebeek. "Quand Clément est tombé, tout reposait sur les épaules de Ken. Gagner le GP des Nations est un rêve d'enfant qui se réalise." (Belga)