"Ce rallye de Turquie est un vrai défi pour les mécaniciens et les écuries. Tout est dans l'équilibre entre la recherche du bon rythme et la prudence dans les sections accidentées. Nous sommes vraiment impatients de le disputer", a préfacé Thierry Neuville.

"Notre voiture s'est montrée très solide sur ce type de route dans le passé. Nous sommes conscients que nous allons devoir imprimer un tempo élevé et être dans le rythme dès le début", a ajouté le Saint-Vithois, persuadé de pouvoir se mêler à la lutte pour la victoire. Andrea Adamo, directeur de l'écurie Hyundai, a mis la pression sur ses pilotes. "A quatre rallyes de la fin, nous ne pouvons plus nous permettre d'obtenir autre chose que des bons résultats. Il n'y a ni place, ni excuse, pour la plus petite des erreurs."

En 2018, Neuville a dû abandonner après l'ES8 en raison d'un bris de suspension alors qu'il était en tête. Le Français Sébastien Ogier et le Norvégien Andreas Mikkelsen ayant connu pareille mésaventure, cela a profité à Ott Tänak. Peu dans le rythme, l'Estonien avait délibérément choisi de lever quelque peu le pied pour assurer de gros points et s'était finalement retrouvé sur la plus haute marche du podium à la suite des défaillances de ses concurrents. Neuville est deuxième au classement des pilotes. Avec 172 points au compteur, il compte 33 unités de retard sur Tänak et 7 d'avance sur Ogier à quatre rallyes de l'épilogue.