"Les objectifs restent identiques depuis quelques années. J'en ai forcément deux. D'abord tenter de remporter le sacre pilote. Ensuite, notre écurie nous demande de remporter un nouveau titre mondial des constructeurs", a déclaré Neuville jeudi au micro de Belga à l'occasion du Salon de l'auto de Bruxelles.

En 2019, le pilote germanophone avait très bien débuté son exercice avec des victoires au Tour de Corse et en Argentine. Il a ensuite vu Tänak lui passer devant grâce à une seconde partie de saison de très haute volée, remportant cinq des huit derniers rendez-vous afin de décrocher son premier sacre mondial.

"Ott Tänak reste un équipier comme les autres. Jusqu'ici, j'ai toujours dominé mes équipiers depuis mon arrivée chez Hyundai", a assuré le Belge de 31 ans. "C'est vrai que ce sera sûrement le plus coriace et le plus compliqué à battre. Chacun d'entre nous aura l'avantage sur l'autre à un moment de la saison. Tout va dépendre de la position sur la route, du classement au championnat du monde. Je pense que bien collaborer est l'objectif et la clé dans la défense du titre constructeurs. Ensuite, que le meilleur gagne."

Les deux meilleurs pilotes de la saison écoulée seront sur un même pied d'égalité. "Il n'y a pas de N.1 et de N.2. Nous disposons des mêmes voitures, du même matériel et des mêmes informations", a expliqué Neuville. "Une fois dans la voiture, chacun voudra donner le meilleur de soi et c'est bien normal en tant que sportif de haut niveau."

La saison 2020 sera constituée de 14 rendez-vous, comme en 2019, mais plusieurs manches ont fait leur apparition au calendrier. Les rallyes du Kenya, de Nouvelle-Zélande et du Japon remplacent numériquement le Tour de Corse ainsi que les rallyes de Catalogne et d'Australie.

"Je suis impatient et très motivé à l'idée de débuter la saison. Elle s'annonce passionnante et intéressante à suivre pour les fans de rallye. Un peu de changement n'est pas plus mal. Je suis content de retourner en Nouvelle-Zélande, un pays et un rallye que j'affectionne. Le Rallye Safari (disputé au Kenya, ndlr) est aussi de retour. Ce sera différent de tout ce qu'on a déjà pu faire dans notre carrière mais nous avons hâte de le découvrir."

Le Monte-Carlo, traditionnel théâtre des premiers tours de roue de la saison, se tiendra du 23 au 26 janvier. L'épilogue aura lieu au Japon fin novembre (19-22).

"Les objectifs restent identiques depuis quelques années. J'en ai forcément deux. D'abord tenter de remporter le sacre pilote. Ensuite, notre écurie nous demande de remporter un nouveau titre mondial des constructeurs", a déclaré Neuville jeudi au micro de Belga à l'occasion du Salon de l'auto de Bruxelles. En 2019, le pilote germanophone avait très bien débuté son exercice avec des victoires au Tour de Corse et en Argentine. Il a ensuite vu Tänak lui passer devant grâce à une seconde partie de saison de très haute volée, remportant cinq des huit derniers rendez-vous afin de décrocher son premier sacre mondial. "Ott Tänak reste un équipier comme les autres. Jusqu'ici, j'ai toujours dominé mes équipiers depuis mon arrivée chez Hyundai", a assuré le Belge de 31 ans. "C'est vrai que ce sera sûrement le plus coriace et le plus compliqué à battre. Chacun d'entre nous aura l'avantage sur l'autre à un moment de la saison. Tout va dépendre de la position sur la route, du classement au championnat du monde. Je pense que bien collaborer est l'objectif et la clé dans la défense du titre constructeurs. Ensuite, que le meilleur gagne." Les deux meilleurs pilotes de la saison écoulée seront sur un même pied d'égalité. "Il n'y a pas de N.1 et de N.2. Nous disposons des mêmes voitures, du même matériel et des mêmes informations", a expliqué Neuville. "Une fois dans la voiture, chacun voudra donner le meilleur de soi et c'est bien normal en tant que sportif de haut niveau." La saison 2020 sera constituée de 14 rendez-vous, comme en 2019, mais plusieurs manches ont fait leur apparition au calendrier. Les rallyes du Kenya, de Nouvelle-Zélande et du Japon remplacent numériquement le Tour de Corse ainsi que les rallyes de Catalogne et d'Australie. "Je suis impatient et très motivé à l'idée de débuter la saison. Elle s'annonce passionnante et intéressante à suivre pour les fans de rallye. Un peu de changement n'est pas plus mal. Je suis content de retourner en Nouvelle-Zélande, un pays et un rallye que j'affectionne. Le Rallye Safari (disputé au Kenya, ndlr) est aussi de retour. Ce sera différent de tout ce qu'on a déjà pu faire dans notre carrière mais nous avons hâte de le découvrir." Le Monte-Carlo, traditionnel théâtre des premiers tours de roue de la saison, se tiendra du 23 au 26 janvier. L'épilogue aura lieu au Japon fin novembre (19-22).