Max Verstappen s'est imposé dans le Grand Prix d'Arabie Saoudite de Formule 1, deuxième manche du championnat du monde, dimanche soir à Jeddah. Le champion du monde au volant d'une Red Bull a devancé le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) d'à peine 549/1000e de seconde au terme des 50 tours de l'épreuve. La troisième place est revenue à l'Espagnol Carlos Sainz Jr. au volant de la seconde Ferrari. Des investigations étaient toutefois lancées après l'arrivée concernant plusieurs pilotes dont Sainz Jr.

Verstappen décroche sa 21e victoire en 143 courses. Il avait été contraint à l'abandon au Barheïn en ouverture de la saison. Au classement du championnat, Leclerc, qui avait remporté le premier GP de la saison à Barheïn et qui a signé le meilleur tour en course dimanche, conserve la première place avec 49 points devant Sainz (33) et Verstappen (25). Les Britanniques de Mercedes George Russell, 5e à Jeddah, et Lewis Hamilton, 10e dimanche, se retrouvent 4e (22) et 5e (16). Après un départ sans incident, la course connut une première péripétie au 16e tour lorsque le Canadien Nicholas Latifi a écrasé sa Williams-Mercedes contre un mur. La voiture de sécurité et le ballet des rentrées aux stands ont permis à Leclerc de gagner une place et de se retrouver en tête devant Verstappen.

Perez perdait sa première place et se retrouvait 3e au moment de la reprise de la course après une neutralisation de cinq tours avant de devoir laisser passer Carlos Sainz Jr qu'il avait gêné. S'élançant de la 15e place, après des qualifications manquées, Lewis Hamilton occupait la 7e place au moment de la relance. Après 37 tours, coup sur coup, l'Espagnol Fernando Alonso (Alpine-Renault), l'Australien Daniel Ricciardo (McLaren-Mercedes) et le Finlandais Valtteri Bottas (Alfa Romeo-Ferrari) ont abandonné.

Une voiture de sécurité virtuelle a ralenti la course le temps de dégager les véhicules immobilisés près de l'entrée des stands. Hamilton, sixième à ce moment-là, a manqué l'occasion de changer ses pneus, qui étaient toujours ceux du départ avant la fermeture de le pitlane. Il ne repartit que 12e après avoir chaussé des pneus frais à la relance de la course au 41e tour. Débuta alors le duel Leclerc-Verstappen, le champion du monde prenant la première place avant de devoir la rendre immédiatement au pilote Ferrari. Le Néerlandais retenta sa chance avec moins de succès avant de repasser au 47e des 50 tours et de résister jusqu'au bout.

Le Japonais Yuki Tsunoda n'a pu prendre le départ. Le moteur Honda de son AlphaTauri a rendu l'âme lors du tour de formation sur la grille. L'Allemand Mick Schumacher, victime d'une très violente sortie en qualification, était aussi absent. Sa Haas-Ferrari n'a pu être réparée faute de pièces de rechange en ce début de saison. Le 3e GP de la saison doit se courir le 10 avril à Melbourne en Australie.

Max Verstappen s'est imposé dans le Grand Prix d'Arabie Saoudite de Formule 1, deuxième manche du championnat du monde, dimanche soir à Jeddah. Le champion du monde au volant d'une Red Bull a devancé le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) d'à peine 549/1000e de seconde au terme des 50 tours de l'épreuve. La troisième place est revenue à l'Espagnol Carlos Sainz Jr. au volant de la seconde Ferrari. Des investigations étaient toutefois lancées après l'arrivée concernant plusieurs pilotes dont Sainz Jr. Verstappen décroche sa 21e victoire en 143 courses. Il avait été contraint à l'abandon au Barheïn en ouverture de la saison. Au classement du championnat, Leclerc, qui avait remporté le premier GP de la saison à Barheïn et qui a signé le meilleur tour en course dimanche, conserve la première place avec 49 points devant Sainz (33) et Verstappen (25). Les Britanniques de Mercedes George Russell, 5e à Jeddah, et Lewis Hamilton, 10e dimanche, se retrouvent 4e (22) et 5e (16). Après un départ sans incident, la course connut une première péripétie au 16e tour lorsque le Canadien Nicholas Latifi a écrasé sa Williams-Mercedes contre un mur. La voiture de sécurité et le ballet des rentrées aux stands ont permis à Leclerc de gagner une place et de se retrouver en tête devant Verstappen. Perez perdait sa première place et se retrouvait 3e au moment de la reprise de la course après une neutralisation de cinq tours avant de devoir laisser passer Carlos Sainz Jr qu'il avait gêné. S'élançant de la 15e place, après des qualifications manquées, Lewis Hamilton occupait la 7e place au moment de la relance. Après 37 tours, coup sur coup, l'Espagnol Fernando Alonso (Alpine-Renault), l'Australien Daniel Ricciardo (McLaren-Mercedes) et le Finlandais Valtteri Bottas (Alfa Romeo-Ferrari) ont abandonné. Une voiture de sécurité virtuelle a ralenti la course le temps de dégager les véhicules immobilisés près de l'entrée des stands. Hamilton, sixième à ce moment-là, a manqué l'occasion de changer ses pneus, qui étaient toujours ceux du départ avant la fermeture de le pitlane. Il ne repartit que 12e après avoir chaussé des pneus frais à la relance de la course au 41e tour. Débuta alors le duel Leclerc-Verstappen, le champion du monde prenant la première place avant de devoir la rendre immédiatement au pilote Ferrari. Le Néerlandais retenta sa chance avec moins de succès avant de repasser au 47e des 50 tours et de résister jusqu'au bout. Le Japonais Yuki Tsunoda n'a pu prendre le départ. Le moteur Honda de son AlphaTauri a rendu l'âme lors du tour de formation sur la grille. L'Allemand Mick Schumacher, victime d'une très violente sortie en qualification, était aussi absent. Sa Haas-Ferrari n'a pu être réparée faute de pièces de rechange en ce début de saison. Le 3e GP de la saison doit se courir le 10 avril à Melbourne en Australie.