D'après le journaliste Dieter Rencken, qui collecte chaque année ces données pour le site Racefans.net, concevoir, produire et faire courir deux monoplaces pendant une saison coûte environ 100 millions d'euros. "La différence de budget est principalement consacrée au développement", précise-t-il. A titre d'information, la F1 envisage d'imposer aux écuries un plafond budgétaire de 150 millions de dollars à partir de 2021.

Les budgets estimés des écuries de F1 en 2018 :

1. Ferrari (2e du Championnat constructeurs)

410 millions de dollars (361 millions d'euros) hors activité de motoriste, en hausse par rapport à 2017

950 employés + 480 pour le département moteur

Reçoit la plus grosse part des revenus commerciaux redistribués par la F1 aux écuries en vertu de son statut historique, soutenue par le cigarettier Philip Morris via le projet "Mission Winnow"

2. Mercedes (1er)

400 millions de dollars (352 millions d'euros) hors activité de motoriste, en hausse par rapport à 2017

950 employés + 500 pour le département moteur

3. Red Bull (3e)

310 millions de dollars (272 millions d'euros), en hausse par rapport à 2017

860 employés

Devrait bénéficier en 2019 des synergies accrues avec l'écurie soeur Toro Rosso et leur motoriste désormais commun Honda qui contribue financièrement

4. McLaren (6e)

220 millions de dollars (194 millions d'euros), en hausse par rapport à 2017

760 employés

Soutenue par ses investisseurs moyen-orientaux, perd Fernando Alonso en 2019, bénéficie de plusieurs nouveaux sponsors, dont le cigarettier British American Tobacco via le projet "A better tomorrow"

5. Renault (4e)

190 millions de dollars (167 millions d'euros) hors activité de motoriste, en hausse par rapport à 2017

680 employés + 300 pour le département moteur

Interrogations autour de la situation de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi

6. Williams (10e)

150 millions de dollars (132 millions d'euros), stable par rapport à 2017

630 employés

Perd en 2019 son sponsor titre, le fabricant de spiritueux Martini, remplacé par la marque de téléphonie ROKiT, le soutien du Canadien Lawrence Stroll, père du pilote Lance Stroll, et touchera moins de droits commerciaux du fait de son effondrement au classement des constructeurs

7. Toro Rosso (9e)

150 millions de dollars (132 millions d'euros), en hausse par rapport à 2017

460 employés

Devrait bénéficier en 2019 des synergies accrues avec l'écurie soeur Red Bull et leur motoriste désormais commun Honda qui contribue financièrement

8. Alfa Romeo Racing (ex-Sauber) (8e)

135 millions de dollars (119 millions d'euros), en hausse par rapport à 2017

400 employés

Bénéficie depuis 2018 du moteur Ferrari de la saison en cours et du soutien d'Alfa Romeo (Groupe Fiat).

9. Haas (5e)

130 millions de dollars (115 millions d'euros), en hausse par rapport à 2017 (notamment grâce à la hausse des revenus commerciaux versés par la F1)

250 employés

Bénéficie en 2019 d'un sponsor titre, la marque de boissons énergisantes Rich Energy

10. Racing Point (ex-Force India) (7e)

120 millions de dollars (105 millions d'euros), en baisse par rapport à 2017 (l'écurie a été placée en redressement judiciaire à l'été et rachetée par un consortium d'investisseurs mené par le Canadien Lawrence Stroll, père du pilote Lance Stroll)

405 employés

Bénéficie en 2019 d'un nouveau sponsor titre, la société de paris sportifs sur internet SportPesa