En attendant les détails de cette décision, l'information s'est aussitôt répandue sur les réseaux sociaux qui suivent de près la F1, grâce à plusieurs journaliste déjà présents à Melbourne. Van der Garde, âgé de 29 ans, avait plaidé lundi que Sauber lui avait promis une de ses deux monoplaces, en 2014, mais que les dirigeants de l'écurie suisse étaient ensuite revenus sur leur engagement et avaient choisi de confier les volants au Suédois Marcus Ericsson (24 ans) et au novice brésilien Felipe Nasr (22 ans), qui apportaient plus d'argent.

Il serait "dangereux" de laisser piloter van der Garde, avait estimé lundi l'avocat de l'écurie suisse, alors que le Néerlandais était pilote de réserve chez Sauber la saison dernière. Van der Garde "n'a pas d'expérience de pilotage de la C34 (la nouvelle monoplace de Sauber, propulsée par un moteur Ferrari, ndlr) et n'aurait pas le temps suffisant pour apprendre", avait ajouté Me Rodney Garratt. L'autoriser à prendre le départ présenterait un risque "inacceptable" pour les autres pilotes et le staff, et serait "dangereux et imprudent".

Van der Garde, Ericsson et Nasr étaient tous les trois présents à l'ouverture de l'audience.

Sauber a annoncé qu'il allait en appel de cette décision, un appel (suspensif) qui sera examiné mercredi.

En attendant les détails de cette décision, l'information s'est aussitôt répandue sur les réseaux sociaux qui suivent de près la F1, grâce à plusieurs journaliste déjà présents à Melbourne. Van der Garde, âgé de 29 ans, avait plaidé lundi que Sauber lui avait promis une de ses deux monoplaces, en 2014, mais que les dirigeants de l'écurie suisse étaient ensuite revenus sur leur engagement et avaient choisi de confier les volants au Suédois Marcus Ericsson (24 ans) et au novice brésilien Felipe Nasr (22 ans), qui apportaient plus d'argent. Il serait "dangereux" de laisser piloter van der Garde, avait estimé lundi l'avocat de l'écurie suisse, alors que le Néerlandais était pilote de réserve chez Sauber la saison dernière. Van der Garde "n'a pas d'expérience de pilotage de la C34 (la nouvelle monoplace de Sauber, propulsée par un moteur Ferrari, ndlr) et n'aurait pas le temps suffisant pour apprendre", avait ajouté Me Rodney Garratt. L'autoriser à prendre le départ présenterait un risque "inacceptable" pour les autres pilotes et le staff, et serait "dangereux et imprudent". Van der Garde, Ericsson et Nasr étaient tous les trois présents à l'ouverture de l'audience. Sauber a annoncé qu'il allait en appel de cette décision, un appel (suspensif) qui sera examiné mercredi.