Jules Bianchi, le pilote français de F1 qui a été victime d'un crash en octobre sur le circuit de Suzuka, est toujours inconscient mais peut se passer de la respiration artificielle. "Nous sommes très heureux que notre fils ait été transféré dans un hôpital spécialisé de Nice", ont déclaré ses parents, Philippe et Christine.

"Il peut poursuivre sa rééducation, entouré par sa famille et ses amis. Jules est un battant. Les médecins ont entamé un programme de revalidation, malgré son état comateux."

Le pilote de 25 ans de Marussia, en faillite, est un petit-neveu de Luciano Bianchi, un natif d'Italie qui a couru 18 GP de F1 de 1959 à 1968, sous la nationalité belge et le prénom de Lucien. En 1969, un an après sa victoire aux 24 Heures du Mans, il a heurté un poteau téléphonique pendant des essais sur le circuit français et est décédé. Un des virages du circuit de Zolder porte son nom.

Par Chris Tetaert

Jules Bianchi, le pilote français de F1 qui a été victime d'un crash en octobre sur le circuit de Suzuka, est toujours inconscient mais peut se passer de la respiration artificielle. "Nous sommes très heureux que notre fils ait été transféré dans un hôpital spécialisé de Nice", ont déclaré ses parents, Philippe et Christine. "Il peut poursuivre sa rééducation, entouré par sa famille et ses amis. Jules est un battant. Les médecins ont entamé un programme de revalidation, malgré son état comateux."Le pilote de 25 ans de Marussia, en faillite, est un petit-neveu de Luciano Bianchi, un natif d'Italie qui a couru 18 GP de F1 de 1959 à 1968, sous la nationalité belge et le prénom de Lucien. En 1969, un an après sa victoire aux 24 Heures du Mans, il a heurté un poteau téléphonique pendant des essais sur le circuit français et est décédé. Un des virages du circuit de Zolder porte son nom.Par Chris Tetaert