"Schumi" avait gagné 91 fois en F1, mais jamais au Mugello, propriété de Ferrari, pour la bonne raison qu'il n'avait jamais accueilli de GP. Plus que jamais leader au classement du championnat du monde, Hamilton en est désormais à 90 victoires grâce à ce tout premier GP de Toscane, rajouté au calendrier 2020 pour cause de pandémie de coronavirus.

Valtteri Bottas (Mercedes) et Alexander Albon (Red Bull) complètent le podium. Il s'agit du premier podium du jeune Thaïlandais, pour son 24e départ dans la catégorie-reine du sport automobile.

Au terme d'une course marquée par deux interruptions en raison d'accidents et de nombreux abandons, dont ceux en début de course de Max Verstappen (Red Bull), le seul rival constant de Mercedes, et Pierre Gasly (AlphaTauri), le vainqueur surprise du dernier GP à Monza il y a une semaine.

Avec cette 6e victoire en 2020, en neuf manches, le sextuple champion du monde britannique porte son avance à 55 points sur Bottas au classement du Championnat du monde. Et à 80 points sur Verstappen, un gouffre.

C'était le 1000e GP de F1 de l'histoire de la Scuderia Ferrari et, comme pouvaient le craindre les 3.000 tifosi répartis dans trois tribunes du circuit italien, il n'y a pas eu de miracle: Charles Leclerc, pourtant parti de la 5e place sur la grille, ne termine que 8e, et Sebastian Vettel 10e.

Maigre consolation, les Ferrari, dans les points, font partie des douze monoplaces ayant réussi à franchir la ligne d'arrivée au Mugello, cette piste "à l'ancienne" que les pilotes ont beaucoup appréciée.

- Renault au pied du podium, à cause d'Albon -

Le podium a encore échappé à Renault, puisque Daniel Ricciardo a fini au 4e rang, au terme d'un dernier "sprint" de 12 tours, pour 12 voitures, faisant suite à un troisième départ, après deux drapeaux rouges et plus de deux heures de suspense.

Le premier incident a impliqué plusieurs monoplaces dont la Red Bull de Max Verstappen parti en 3e position. Le Néerlandais, victime d'une perte de puissance sur son moteur Honda, a dégringolé au classement en quelques virages.

Pierre Gasly, 16e sur la grille mais vainqueur surprise à Monza il y a une semaine, s'est alors retrouvé pris en sandwich entre l'Alfa de Kimi Räikkönen et la Haas de Romain Grosjean. L'incident a poussé Verstappen et Gasly à l'abandon.

"J'étais entre Grosjean et Giovinazzi et je n'ai rien pu faire. C'est vraiment décevant. Les essais se sont bien passés. On a raté notre qualification mais on savait pourquoi. On pensait pouvoir remonter. J'étais confiant pour remonter, je suis vraiment déçu", a réagi le Français.

Au même moment ou presque, Vettel a percuté la McLaren de Carlos Sainz, parti en tête-à-queue. Après huit tours sous le régime de la voiture de sécurité, Bottas, qui avait pris un meilleur départ qu'Hamilton, menait la danse.

Mais dans le 9e tour, alors que la voiture de sécurité s'écartait, le Finlandais a choisi de ne pas accélérer, provoquant une incompréhension des autres pilotes et un gros carambolage. Conséquence directe, les abandons de Latifi, Magnussen, Giovinazzi, Sainz, et un drapeau rouge.

Un deuxième départ a ensuite été donné, avec 51 tours à couvrir. Et Hamilton s'est immédiatement placé en tête, mais au 43e tour, alors que la bataille faisait rage pour une place sur le podium, la violente sortie de route de Lance Stroll, dont la Racing Point a d'abord crevé sur un débris, puis pris feu, a provoqué un deuxième drapeau rouge.

"Schumi" avait gagné 91 fois en F1, mais jamais au Mugello, propriété de Ferrari, pour la bonne raison qu'il n'avait jamais accueilli de GP. Plus que jamais leader au classement du championnat du monde, Hamilton en est désormais à 90 victoires grâce à ce tout premier GP de Toscane, rajouté au calendrier 2020 pour cause de pandémie de coronavirus.Valtteri Bottas (Mercedes) et Alexander Albon (Red Bull) complètent le podium. Il s'agit du premier podium du jeune Thaïlandais, pour son 24e départ dans la catégorie-reine du sport automobile.Au terme d'une course marquée par deux interruptions en raison d'accidents et de nombreux abandons, dont ceux en début de course de Max Verstappen (Red Bull), le seul rival constant de Mercedes, et Pierre Gasly (AlphaTauri), le vainqueur surprise du dernier GP à Monza il y a une semaine.Avec cette 6e victoire en 2020, en neuf manches, le sextuple champion du monde britannique porte son avance à 55 points sur Bottas au classement du Championnat du monde. Et à 80 points sur Verstappen, un gouffre.C'était le 1000e GP de F1 de l'histoire de la Scuderia Ferrari et, comme pouvaient le craindre les 3.000 tifosi répartis dans trois tribunes du circuit italien, il n'y a pas eu de miracle: Charles Leclerc, pourtant parti de la 5e place sur la grille, ne termine que 8e, et Sebastian Vettel 10e.Maigre consolation, les Ferrari, dans les points, font partie des douze monoplaces ayant réussi à franchir la ligne d'arrivée au Mugello, cette piste "à l'ancienne" que les pilotes ont beaucoup appréciée. - Renault au pied du podium, à cause d'Albon -Le podium a encore échappé à Renault, puisque Daniel Ricciardo a fini au 4e rang, au terme d'un dernier "sprint" de 12 tours, pour 12 voitures, faisant suite à un troisième départ, après deux drapeaux rouges et plus de deux heures de suspense. Le premier incident a impliqué plusieurs monoplaces dont la Red Bull de Max Verstappen parti en 3e position. Le Néerlandais, victime d'une perte de puissance sur son moteur Honda, a dégringolé au classement en quelques virages. Pierre Gasly, 16e sur la grille mais vainqueur surprise à Monza il y a une semaine, s'est alors retrouvé pris en sandwich entre l'Alfa de Kimi Räikkönen et la Haas de Romain Grosjean. L'incident a poussé Verstappen et Gasly à l'abandon. "J'étais entre Grosjean et Giovinazzi et je n'ai rien pu faire. C'est vraiment décevant. Les essais se sont bien passés. On a raté notre qualification mais on savait pourquoi. On pensait pouvoir remonter. J'étais confiant pour remonter, je suis vraiment déçu", a réagi le Français.Au même moment ou presque, Vettel a percuté la McLaren de Carlos Sainz, parti en tête-à-queue. Après huit tours sous le régime de la voiture de sécurité, Bottas, qui avait pris un meilleur départ qu'Hamilton, menait la danse. Mais dans le 9e tour, alors que la voiture de sécurité s'écartait, le Finlandais a choisi de ne pas accélérer, provoquant une incompréhension des autres pilotes et un gros carambolage. Conséquence directe, les abandons de Latifi, Magnussen, Giovinazzi, Sainz, et un drapeau rouge.Un deuxième départ a ensuite été donné, avec 51 tours à couvrir. Et Hamilton s'est immédiatement placé en tête, mais au 43e tour, alors que la bataille faisait rage pour une place sur le podium, la violente sortie de route de Lance Stroll, dont la Racing Point a d'abord crevé sur un débris, puis pris feu, a provoqué un deuxième drapeau rouge.