Le champion du monde en titre et actuel leader du championnat, Max Verstappen (Red Bull) a remporté le 51e Grand Prix du Canada de Formule 1, la 9e des 22 manches du championnat du monde, dimanche à Montréal. À l'issue des 70 tours des 4,361 km du circuit Gilles-Villeneuve, tracé sur l'île Notre-Dame, le natif de Hasselt il y a 24 ans, a justifié son rôle de grandissime favori. Il décroche sa 26e victoire en 150 Grands Prix et déjà la sixième en 2022 après l'Arabie saoudite, l'Émilie-Romagne, Miami, l'Espagne et l'Azerbaïdjan.

Il a devancé l'Espagnol Carlos Sainz Jr (Ferrari), 2e à 993/1000e et auteur du meilleur tour, et le Britannique Lewis Hamilton, lauréat du GP du Canada à sept reprises dont le dernier disputé en 2019. Le septuple champion du monde signe son deuxième podium après sa 3e place à Barheïn.

Le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari), qui s'était élancé de la 19e position après avoir subi deux pénalités pour avoir changé des éléments de son moteur vendredi (module de contrôle électronique) et samedi (moteur à combustion interne et un turbocompresseur) a réussi à se classer à la 5e place derrière le Britannique George Russell (Mercedes). Il était déjà remonté à la 6e place à la mi-course avant de reculer au 12e rang après un passage aux stands afin de renouveler ses pneus. L'Espagnol Fernando Alonso (Alpine) qui s'était élancé de la 2e position, retrouvant à 40 ans la première ligne sur la grille qu'il n'avait plus occupée depuis dix ans, est passé sous le drapeau à damiers en 7e position derrière son équipier le Français Esteban Ocon.

Max Verstappen creuse l'écart au classement du championnat avec 175 points. Il précède Pérez, vainqueur à Monaco mais contraint rapidement à l'abandon dimanche de 46 points (129) et Leclerc, lauréat à Barheïn et en Australie, de 49 points (126). Le premier élément marquant de la course est survenu au 8e tour quand la Red Bull du Mexicain Sergio Pérez, le deuxième du championnat, s'est arrêtée. La voiture de sécurité virtuelle est intervenue et Vertsappen en a profité pour changer ses pneus et repartir en 3e position derrière Sainz et Alonso restés en piste. Après une deuxième voiture de sécurité virtuelle, liée à l'abandon de Mick Schumacher (Haas), Verstappen a repris la tête dans le 21e tour. Après un 2e changement de pneumatiques au 43e tour, Verstappen est reparti 3e derrière Sainz et Hamilton mais a rapidement retrouvé la 2e place.

Quand le Japonais Yuki Tsunoda (AlphaTauri) est sorti de la piste au 49e tour, la voiture de sécurité est sortie et Sainz a effectué son second changement de pneumatiques. Du coup, Verstappen retrouvait la tête. Mais le peloton était regroupé au moment de la relance au 55e tour.

Le Néerlandais a ensuite résisté jusqu'au bout à la Ferrari de Sainz. Le 10e rendez-vous de l'année, le Grand Prix de Grande-Bretagne, se courra le 3 juillet à Silverstone.

Le champion du monde en titre et actuel leader du championnat, Max Verstappen (Red Bull) a remporté le 51e Grand Prix du Canada de Formule 1, la 9e des 22 manches du championnat du monde, dimanche à Montréal. À l'issue des 70 tours des 4,361 km du circuit Gilles-Villeneuve, tracé sur l'île Notre-Dame, le natif de Hasselt il y a 24 ans, a justifié son rôle de grandissime favori. Il décroche sa 26e victoire en 150 Grands Prix et déjà la sixième en 2022 après l'Arabie saoudite, l'Émilie-Romagne, Miami, l'Espagne et l'Azerbaïdjan. Il a devancé l'Espagnol Carlos Sainz Jr (Ferrari), 2e à 993/1000e et auteur du meilleur tour, et le Britannique Lewis Hamilton, lauréat du GP du Canada à sept reprises dont le dernier disputé en 2019. Le septuple champion du monde signe son deuxième podium après sa 3e place à Barheïn. Le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari), qui s'était élancé de la 19e position après avoir subi deux pénalités pour avoir changé des éléments de son moteur vendredi (module de contrôle électronique) et samedi (moteur à combustion interne et un turbocompresseur) a réussi à se classer à la 5e place derrière le Britannique George Russell (Mercedes). Il était déjà remonté à la 6e place à la mi-course avant de reculer au 12e rang après un passage aux stands afin de renouveler ses pneus. L'Espagnol Fernando Alonso (Alpine) qui s'était élancé de la 2e position, retrouvant à 40 ans la première ligne sur la grille qu'il n'avait plus occupée depuis dix ans, est passé sous le drapeau à damiers en 7e position derrière son équipier le Français Esteban Ocon. Max Verstappen creuse l'écart au classement du championnat avec 175 points. Il précède Pérez, vainqueur à Monaco mais contraint rapidement à l'abandon dimanche de 46 points (129) et Leclerc, lauréat à Barheïn et en Australie, de 49 points (126). Le premier élément marquant de la course est survenu au 8e tour quand la Red Bull du Mexicain Sergio Pérez, le deuxième du championnat, s'est arrêtée. La voiture de sécurité virtuelle est intervenue et Vertsappen en a profité pour changer ses pneus et repartir en 3e position derrière Sainz et Alonso restés en piste. Après une deuxième voiture de sécurité virtuelle, liée à l'abandon de Mick Schumacher (Haas), Verstappen a repris la tête dans le 21e tour. Après un 2e changement de pneumatiques au 43e tour, Verstappen est reparti 3e derrière Sainz et Hamilton mais a rapidement retrouvé la 2e place. Quand le Japonais Yuki Tsunoda (AlphaTauri) est sorti de la piste au 49e tour, la voiture de sécurité est sortie et Sainz a effectué son second changement de pneumatiques. Du coup, Verstappen retrouvait la tête. Mais le peloton était regroupé au moment de la relance au 55e tour. Le Néerlandais a ensuite résisté jusqu'au bout à la Ferrari de Sainz. Le 10e rendez-vous de l'année, le Grand Prix de Grande-Bretagne, se courra le 3 juillet à Silverstone.