En raison de la pandémie de coronavirus la saison, qui aurait dû débuter le 15 mars en Australie, est à l'arrêt. Les huit premiers Grands Prix ont été annulés ou reportés. Le Grand Prix du Canada le 14 juin à Montréal est en principe la prochaine échéance. Compte tenu de l'importance de la pandémie de Covid-19 qui frappe les Etats-Unis, tout proches, l'hypothèse d'un report est réaliste.

Dès lors, l'idée serait de débuter en juillet ou en août à Silverstone, en Angleterre, où sept des dix équipes sont installées.

L'inquiétude grandit sur l'avenir des teams compte des l'importance des budgets et du manque à gagner actuel. Le plafond des dépenses situé actuellement à 175 millions de dollars par an

(161 millions d'euros), pourrait être réduit à l'avenir à 150 millions de dollars (138 millions d'euros). Mercedes, Ferrari et Red Bull ont pour l'instant refuser de descendre jusqu'à 125 millions de dollars (115 millions d'euros), selon les médias spécialisés. A l'issue de la crise, les équipes ont convenu de rediscuter de cette question de la limite des dépenses.

Il est par ailleurs acquis que la mise en place de la nouvelle réglementation technique, déjà reportée de 2021 à 2022, ne sera pas repoussée à 2023.

En raison de la pandémie de coronavirus la saison, qui aurait dû débuter le 15 mars en Australie, est à l'arrêt. Les huit premiers Grands Prix ont été annulés ou reportés. Le Grand Prix du Canada le 14 juin à Montréal est en principe la prochaine échéance. Compte tenu de l'importance de la pandémie de Covid-19 qui frappe les Etats-Unis, tout proches, l'hypothèse d'un report est réaliste. Dès lors, l'idée serait de débuter en juillet ou en août à Silverstone, en Angleterre, où sept des dix équipes sont installées. L'inquiétude grandit sur l'avenir des teams compte des l'importance des budgets et du manque à gagner actuel. Le plafond des dépenses situé actuellement à 175 millions de dollars par an(161 millions d'euros), pourrait être réduit à l'avenir à 150 millions de dollars (138 millions d'euros). Mercedes, Ferrari et Red Bull ont pour l'instant refuser de descendre jusqu'à 125 millions de dollars (115 millions d'euros), selon les médias spécialisés. A l'issue de la crise, les équipes ont convenu de rediscuter de cette question de la limite des dépenses. Il est par ailleurs acquis que la mise en place de la nouvelle réglementation technique, déjà reportée de 2021 à 2022, ne sera pas repoussée à 2023.