Hans Van Alphen, 4e des JO de Londres en 2012 et Tia Hellebaut, championne du monde du pentathlon en 2006 et championne olympique en 2008 à la hauteur, disent aussi que leurs successeurs potentiels ont plus de talent qu'eux. "Je ne trouve pas que j'ai plus de talents", rétorque Thomas Van der Plaetsen. "A 16 ans, je n'étais pas forcément doué. J'ai travaillé beaucoup, ça c'est sûr et surtout, mon frère, Michael, devenu mon coach, m'a donné l'impulsion quand j'étais junior. Cela m'a servi de tremplin." Michael Van der Plaetsen a en effet conduit son frère sur les pistes d'athlétisme, lui qui restait plutôt casanier. "Cela m'a plu, j'ai accroché. On a continué ensemble, cela a bien fonctionné. J'ai un caractère fort, quand je veux quelque chose. Je me connais très bien aussi et je suis bien en compétition pour me focaliser sur mes objectifs. Mais Hans a énormément de talents !" "Qui ne voudrait pas faire une carrière comme Tia", rit de son côté Nafissatou Thiam. "Mais je prend cette comparaison avec des pincettes. Elle n'a pas commencé l'athlétisme en même temps que moi. Elle s'entraînait autrement. Je suis peut-être la plus jeune à sauter aussi haut, mais tous les paramètres sont différents. Les contextes sont différents. Je me méfie toujours de ces comparaisons qui peut dire ce qu'il va advenir à l'avenir". (Belga)

Hans Van Alphen, 4e des JO de Londres en 2012 et Tia Hellebaut, championne du monde du pentathlon en 2006 et championne olympique en 2008 à la hauteur, disent aussi que leurs successeurs potentiels ont plus de talent qu'eux. "Je ne trouve pas que j'ai plus de talents", rétorque Thomas Van der Plaetsen. "A 16 ans, je n'étais pas forcément doué. J'ai travaillé beaucoup, ça c'est sûr et surtout, mon frère, Michael, devenu mon coach, m'a donné l'impulsion quand j'étais junior. Cela m'a servi de tremplin." Michael Van der Plaetsen a en effet conduit son frère sur les pistes d'athlétisme, lui qui restait plutôt casanier. "Cela m'a plu, j'ai accroché. On a continué ensemble, cela a bien fonctionné. J'ai un caractère fort, quand je veux quelque chose. Je me connais très bien aussi et je suis bien en compétition pour me focaliser sur mes objectifs. Mais Hans a énormément de talents !" "Qui ne voudrait pas faire une carrière comme Tia", rit de son côté Nafissatou Thiam. "Mais je prend cette comparaison avec des pincettes. Elle n'a pas commencé l'athlétisme en même temps que moi. Elle s'entraînait autrement. Je suis peut-être la plus jeune à sauter aussi haut, mais tous les paramètres sont différents. Les contextes sont différents. Je me méfie toujours de ces comparaisons qui peut dire ce qu'il va advenir à l'avenir". (Belga)