Le week-end prochain, on connaîtra le successeur de l'Inter au palmarès du Mondial des Clubs. Si la saison dernière, le TP Mazembe a réussi à atteindre la finale, il y a peu de chances que, cette année, un invité-surprise se hisse au dernier stade de la compétition. Avant d'affronter Kashiwa Reysol, Neymar et Borges avaient annoncé qu'ils n'avaient pas l'intention de faire traîner les choses : ils n'ont pas menti! Ils avaient déjà bien fait valser la défense des champions du Japon avant de frapper victorieusement à la 19e et à la 24e. Des coups magiques dont on se demande d'où ils peuvent bien arriver. En seconde période, Santos a encore multiplié les numéros de classe (à voir un splendide une-deux Ganso-Neymar) mais c'est Kashiwa qui a réduit son retard à la 54e. Mais les Brésiliens ne se sont pas laissé surprendre par la hargne de leurs adversaires et la note finale n'est pas assez salée par rapport aux occasions de but qu'ils se sont forgées.

Les spectateurs du Toyota Stadium espèrent que, ce jeudi, Barcelone les fera autant rêver contre Al Saad, qui s'est qualifié pour les demi-finales au terme d'un match marqué par des bagarres dans les tribunes et une invasion de terrain. Les supporters de l'Espérance Tunis se sont déchaînés suite aux décisions de l'arbitre chilien, Enrique Osses, qui a annulé deux buts et oublié un penalty en fin de match pour leurs favoris.

Face au Barça, le champion d'Asie ne part pas favori et ce n'est pas pour mettre la pression sur l'adversaire que le coach a déclaré : "Nous demanderons une dérogation à Blatter pour jouer à 15. L'idéal serait que Guardiola ne fasse pas jouer Messi, Xavi, Iniesta, Busquets, Mascherano, Piqué, Puyol et Keita, mais même avec une équipe mixte nous avons de grandes possibilités de perdre".

Guardiola n'a pas révélé sa sélection pour autant : "Ce qui m'inquiète le plus, c'est le décalage horaire".

Nicolas Ribaudo

Le week-end prochain, on connaîtra le successeur de l'Inter au palmarès du Mondial des Clubs. Si la saison dernière, le TP Mazembe a réussi à atteindre la finale, il y a peu de chances que, cette année, un invité-surprise se hisse au dernier stade de la compétition. Avant d'affronter Kashiwa Reysol, Neymar et Borges avaient annoncé qu'ils n'avaient pas l'intention de faire traîner les choses : ils n'ont pas menti! Ils avaient déjà bien fait valser la défense des champions du Japon avant de frapper victorieusement à la 19e et à la 24e. Des coups magiques dont on se demande d'où ils peuvent bien arriver. En seconde période, Santos a encore multiplié les numéros de classe (à voir un splendide une-deux Ganso-Neymar) mais c'est Kashiwa qui a réduit son retard à la 54e. Mais les Brésiliens ne se sont pas laissé surprendre par la hargne de leurs adversaires et la note finale n'est pas assez salée par rapport aux occasions de but qu'ils se sont forgées. Les spectateurs du Toyota Stadium espèrent que, ce jeudi, Barcelone les fera autant rêver contre Al Saad, qui s'est qualifié pour les demi-finales au terme d'un match marqué par des bagarres dans les tribunes et une invasion de terrain. Les supporters de l'Espérance Tunis se sont déchaînés suite aux décisions de l'arbitre chilien, Enrique Osses, qui a annulé deux buts et oublié un penalty en fin de match pour leurs favoris. Face au Barça, le champion d'Asie ne part pas favori et ce n'est pas pour mettre la pression sur l'adversaire que le coach a déclaré : "Nous demanderons une dérogation à Blatter pour jouer à 15. L'idéal serait que Guardiola ne fasse pas jouer Messi, Xavi, Iniesta, Busquets, Mascherano, Piqué, Puyol et Keita, mais même avec une équipe mixte nous avons de grandes possibilités de perdre". Guardiola n'a pas révélé sa sélection pour autant : "Ce qui m'inquiète le plus, c'est le décalage horaire". Nicolas Ribaudo