Sergio Cabral a annoncé, après avoir réuni son "cabinet de crise" dans la nuit de jeudi à vendredi, qu'il allait demander à la présidente l'appui des forces nationales de sécurité à Rio, une des douze villes hôtes de l'événement sportif (12 juin-13 juillet), et qui accueillera notamment la finale. Cette initiative intervient après une série d'attaques contre les unités policières dans les favelas les semaines passées, la dernière en date dans la nuit de jeudi à vendredi dans la favela Mandela, à Manguinhos. "Cinq des sept unités (de ce secteur, ndlr) ont été incendiées, ce sont des attaques organisées", a dit le responsable des Unités policières de pacification (UPP) dans les favelas, le colonel Frederico Caldas, à la télévision Globonews. "Il est clair et évident que le crime organisé veut affaiblir notre politique de pacification et de reprise de contrôle de territoires qui ont été aux mains des criminels pendant des décennies", a dit M. Cabral. "L'Etat ne reculera pas, nous pouvons assurer la population que nous agirons". Le gouvernement de l'Etat de Rio a lancé en 2008 une campagne pour rendre la ville plus sûre à l'approche de la Coupe du monde et des Jeux olympiques de 2016. De nombreuses favelas auparavant sous le joug de narcotrafiquants ou de milices ont été occupées par la police, qui a installé 38 UPP. (Belga)

Sergio Cabral a annoncé, après avoir réuni son "cabinet de crise" dans la nuit de jeudi à vendredi, qu'il allait demander à la présidente l'appui des forces nationales de sécurité à Rio, une des douze villes hôtes de l'événement sportif (12 juin-13 juillet), et qui accueillera notamment la finale. Cette initiative intervient après une série d'attaques contre les unités policières dans les favelas les semaines passées, la dernière en date dans la nuit de jeudi à vendredi dans la favela Mandela, à Manguinhos. "Cinq des sept unités (de ce secteur, ndlr) ont été incendiées, ce sont des attaques organisées", a dit le responsable des Unités policières de pacification (UPP) dans les favelas, le colonel Frederico Caldas, à la télévision Globonews. "Il est clair et évident que le crime organisé veut affaiblir notre politique de pacification et de reprise de contrôle de territoires qui ont été aux mains des criminels pendant des décennies", a dit M. Cabral. "L'Etat ne reculera pas, nous pouvons assurer la population que nous agirons". Le gouvernement de l'Etat de Rio a lancé en 2008 une campagne pour rendre la ville plus sûre à l'approche de la Coupe du monde et des Jeux olympiques de 2016. De nombreuses favelas auparavant sous le joug de narcotrafiquants ou de milices ont été occupées par la police, qui a installé 38 UPP. (Belga)