Les Etats-Unis ont terminé deuxièmes du groupe G où ils ont battu le Ghana, partagé avec le Portugal et perdu contre l'Allemagne. "Sur papier, les quatre points qu'ils ont arrachés n'impressionnent pas. Mais ils sont sortis d'un des groupes les plus durs. C'est la Coupe du monde et à la Coupe du monde, il y a toujours des surprises", a ajouté Wilmots. Le coach des Diables Rouges éprouve beaucoup de respect à l'égard de Jürgen Klinsmann, son collègue américain. "Il a amené la mentalité allemande dans un groupe américain. C'est une équipe physique, qui n'arrête pas de courir. Grâce à son entrejeu, elle met la pression sur l'adversaire et elle se bat sans cesse. J'ai beaucoup de respect pour Jurgen, qui est un ami. Mais une fois sur le terrain, cela ne compte plus." Wilmots sait pertinement bien que dorénavant tout est différent "Maintenant, cela va aller à fond. Nous allons nous montrer dès le début. Bien que l'on nous attribue le rôle de favori, j'estime nos chances de qualification à 50%." (Belga)

Les Etats-Unis ont terminé deuxièmes du groupe G où ils ont battu le Ghana, partagé avec le Portugal et perdu contre l'Allemagne. "Sur papier, les quatre points qu'ils ont arrachés n'impressionnent pas. Mais ils sont sortis d'un des groupes les plus durs. C'est la Coupe du monde et à la Coupe du monde, il y a toujours des surprises", a ajouté Wilmots. Le coach des Diables Rouges éprouve beaucoup de respect à l'égard de Jürgen Klinsmann, son collègue américain. "Il a amené la mentalité allemande dans un groupe américain. C'est une équipe physique, qui n'arrête pas de courir. Grâce à son entrejeu, elle met la pression sur l'adversaire et elle se bat sans cesse. J'ai beaucoup de respect pour Jurgen, qui est un ami. Mais une fois sur le terrain, cela ne compte plus." Wilmots sait pertinement bien que dorénavant tout est différent "Maintenant, cela va aller à fond. Nous allons nous montrer dès le début. Bien que l'on nous attribue le rôle de favori, j'estime nos chances de qualification à 50%." (Belga)