La FIFA a suspendu Suarez pour neuf matches en sélection et l'a interdit de toute activité liée au football durant quatre mois pour avoir mordu le défenseur italien de la Juventus Giorgio Chiellini pendant un match du premier tour du Mondial-2014. Suarez et la Fédération uruguayenne de football ont interjeté des appels, mais la FIFA les a rejetés jeudi. "Nous savions que la décision de la FIFA ne serait pas très favorable", a déclaré l'avocat du joueur, Me Alejandro Balbi, à la station de radio espagnole Cope. "Nous allons recourir au TAS. Nous le ferons en bonne et due forme sans les heures qui viennent", a-t-il précisé. Le TAS décidera si l'éventuel appel aura un caractère suspensif ou non, mais Suarez devra en tout cas choisir un autre mode de défense. Car devant la FIFA, il avait nié l'évidence de la morsure, qu'il a toutefois fini par reconnaître sur sa page Facebook une fois lourdement suspendu. L'avocat déplore précisément que la FIFA n'ait pas pris en compte le repentir exprimé par Suarez: "Nous pensions qu'il s'agissait d'un élément important, mais nous avons constaté que le fait d'avouer ou de s'excuser n'importe guère à ces messieurs", a-t-il souligné. (Belga)

La FIFA a suspendu Suarez pour neuf matches en sélection et l'a interdit de toute activité liée au football durant quatre mois pour avoir mordu le défenseur italien de la Juventus Giorgio Chiellini pendant un match du premier tour du Mondial-2014. Suarez et la Fédération uruguayenne de football ont interjeté des appels, mais la FIFA les a rejetés jeudi. "Nous savions que la décision de la FIFA ne serait pas très favorable", a déclaré l'avocat du joueur, Me Alejandro Balbi, à la station de radio espagnole Cope. "Nous allons recourir au TAS. Nous le ferons en bonne et due forme sans les heures qui viennent", a-t-il précisé. Le TAS décidera si l'éventuel appel aura un caractère suspensif ou non, mais Suarez devra en tout cas choisir un autre mode de défense. Car devant la FIFA, il avait nié l'évidence de la morsure, qu'il a toutefois fini par reconnaître sur sa page Facebook une fois lourdement suspendu. L'avocat déplore précisément que la FIFA n'ait pas pris en compte le repentir exprimé par Suarez: "Nous pensions qu'il s'agissait d'un élément important, mais nous avons constaté que le fait d'avouer ou de s'excuser n'importe guère à ces messieurs", a-t-il souligné. (Belga)