Aucune équipe ne semble aussi à l'aise que celle du Brésil. Même si le favori au titre subit une pression gigantesque, on la remarque à peine. Le fait de savoir qu'un faux départ peut entraîner une explosion de protestations dans un pays qui a du mal à se retrouver dans un projet de dix milliards d'euros n'a pas affecté la sérénité du groupe. Les footballeurs brésiliens sont des survivants. Généralement, ils ont vécu une jeunesse extrêmement dure et ils ont dû se débarrasser d'un grand nombre d'obstacles sur leur chemin vers le succès. Il y a la pression d'être confronté à une flopée de joueurs talentueux, les attentes parfois irréalistes de parents qui désirent que leur fils footballeur les sorte de la pauvreté, le public agressif et la dureté sur le terrain. Au Brésil, les joueurs qui perdent sont souvent insultés et deviennent même parfois la cible de crachats. En outre, il n'est pas rare qu'ils soient attaqués au centre d'entraînement. Quand plus tard ils déménagent en Europe et doivent jouer devant 80.000 spectateurs dans des arènes tumultueuses, ils sont blindés. Ils ont tous une mentalité énorme.

Aussi, le quintuple champion du monde s'est-il préparé calmement à son match d'ouverture contre la Croatie où il a eu un mal fou à s'imposer. L'arbitre japonais Nashimira les y a un peu aidés. Il a accordé un penalty injustifié au Brésil avant de refuser un but croate de façon tout aussi discutable. Et la vedette Neymar a échappé à un carton rouge après un coup de coude contre Modric. Alors que le match d'ouverture aurait pu se transformer en catastrophe nationale, notamment à travers de nouvelles manifestations, les Brésiliens ont fait la fête dans les rues de São Paolo.

Il est rare que les matches d'ouverture d'un mondial indiquent la suite du tournoi. Même si les Brésiliens ont eu beaucoup de difficultés à réagir face aux raides Croates, il y a eu un moment de grâce en première mi-temps pendant lequel l'équipe a montré toutes ses qualités: créativité, rapidité, efficacité et force physique, tout y était avec Neymar en tête. Une petite talonnade, un petit lob frivole, Neymar joue un football apprécié des Brésiliens. Il pourrait bien se transformer en star absolue de ce Mondial. Cependant, il aurait tout aussi bien pu être suspendu lors des prochains matches.

Aucune équipe ne semble aussi à l'aise que celle du Brésil. Même si le favori au titre subit une pression gigantesque, on la remarque à peine. Le fait de savoir qu'un faux départ peut entraîner une explosion de protestations dans un pays qui a du mal à se retrouver dans un projet de dix milliards d'euros n'a pas affecté la sérénité du groupe. Les footballeurs brésiliens sont des survivants. Généralement, ils ont vécu une jeunesse extrêmement dure et ils ont dû se débarrasser d'un grand nombre d'obstacles sur leur chemin vers le succès. Il y a la pression d'être confronté à une flopée de joueurs talentueux, les attentes parfois irréalistes de parents qui désirent que leur fils footballeur les sorte de la pauvreté, le public agressif et la dureté sur le terrain. Au Brésil, les joueurs qui perdent sont souvent insultés et deviennent même parfois la cible de crachats. En outre, il n'est pas rare qu'ils soient attaqués au centre d'entraînement. Quand plus tard ils déménagent en Europe et doivent jouer devant 80.000 spectateurs dans des arènes tumultueuses, ils sont blindés. Ils ont tous une mentalité énorme. Aussi, le quintuple champion du monde s'est-il préparé calmement à son match d'ouverture contre la Croatie où il a eu un mal fou à s'imposer. L'arbitre japonais Nashimira les y a un peu aidés. Il a accordé un penalty injustifié au Brésil avant de refuser un but croate de façon tout aussi discutable. Et la vedette Neymar a échappé à un carton rouge après un coup de coude contre Modric. Alors que le match d'ouverture aurait pu se transformer en catastrophe nationale, notamment à travers de nouvelles manifestations, les Brésiliens ont fait la fête dans les rues de São Paolo. Il est rare que les matches d'ouverture d'un mondial indiquent la suite du tournoi. Même si les Brésiliens ont eu beaucoup de difficultés à réagir face aux raides Croates, il y a eu un moment de grâce en première mi-temps pendant lequel l'équipe a montré toutes ses qualités: créativité, rapidité, efficacité et force physique, tout y était avec Neymar en tête. Une petite talonnade, un petit lob frivole, Neymar joue un football apprécié des Brésiliens. Il pourrait bien se transformer en star absolue de ce Mondial. Cependant, il aurait tout aussi bien pu être suspendu lors des prochains matches.