Reconduisant l'équipe qui a battu l'Angleterre (2-1), l'Uruguay comptait faire pencher la balance grâce à Luis Suarez. Le buteur de Liverpool fut le premier à alerter un but. Son coup-franc nécessita les poings de Buffon, le portier italien (7e). La rencontre, engagée, demeurait très fermée, pas question de prendre des risques inutiles de part et d'autre en début de match. L'Italie, qui gérait le rencontre, n'avait d'autre solution à l'approche du rectangle adverse que de tenter de tirs de loin. Marchisio, Berzagli et Balotelli s'y essayèrent sans aucun succès. L'Uruguay dessina son seul mouvement collectif de qualité à la 32e: une accélération de Rodriguez, puis un une-deux, entre Suarez et Lodeiro obligèrent Buffon à intervenir à deux reprises. En revenant du repos, l'Uruguay adopta un jeu plus offensif. Cavani aurait dû bénéficier d'un penalty après avoir été ceinturé par Bonucci (51e). Le une-deux entre Rodriguez et Suarez suivi d'un tir mal cadré précisa la menace (58e). Et quand Marchisio se fit expulser pour une semelle (59e), l'Italie se prépara à une dernière demi-heure difficile à dix contre onze. Buffon signa l'arrêt du match sur un essai de près de Suarez (66e). La citadelle bleue était assiégée. Elle résista jusqu'à la 81e minute. Sur un corner de Ramirez, Godin, de la tête, propulsait le ballon au fond du but et l'Uruguay en huitièmes de finale. L'Italie, déjà éliminée au 1er tour en 2010, est après l'Espagne et l'Angleterre la 3e nation à avoir gagné la Coupe du monde à rentrer au pays dès la fin de la phase de groupe. (Belga)

Reconduisant l'équipe qui a battu l'Angleterre (2-1), l'Uruguay comptait faire pencher la balance grâce à Luis Suarez. Le buteur de Liverpool fut le premier à alerter un but. Son coup-franc nécessita les poings de Buffon, le portier italien (7e). La rencontre, engagée, demeurait très fermée, pas question de prendre des risques inutiles de part et d'autre en début de match. L'Italie, qui gérait le rencontre, n'avait d'autre solution à l'approche du rectangle adverse que de tenter de tirs de loin. Marchisio, Berzagli et Balotelli s'y essayèrent sans aucun succès. L'Uruguay dessina son seul mouvement collectif de qualité à la 32e: une accélération de Rodriguez, puis un une-deux, entre Suarez et Lodeiro obligèrent Buffon à intervenir à deux reprises. En revenant du repos, l'Uruguay adopta un jeu plus offensif. Cavani aurait dû bénéficier d'un penalty après avoir été ceinturé par Bonucci (51e). Le une-deux entre Rodriguez et Suarez suivi d'un tir mal cadré précisa la menace (58e). Et quand Marchisio se fit expulser pour une semelle (59e), l'Italie se prépara à une dernière demi-heure difficile à dix contre onze. Buffon signa l'arrêt du match sur un essai de près de Suarez (66e). La citadelle bleue était assiégée. Elle résista jusqu'à la 81e minute. Sur un corner de Ramirez, Godin, de la tête, propulsait le ballon au fond du but et l'Uruguay en huitièmes de finale. L'Italie, déjà éliminée au 1er tour en 2010, est après l'Espagne et l'Angleterre la 3e nation à avoir gagné la Coupe du monde à rentrer au pays dès la fin de la phase de groupe. (Belga)