L'équipe de France était privée de son, défenseur Mamadou Sakho, touché à la cuisse gauche, et remplacé par un autre "anglais", Laurent Koscielny, associé à Raphaël Varane en charnière centrale. En attaque Didier Deschamps avait opté pour Giroud, reformant ainsi le duo avec Karim Benzema qui avait si bien fonctionné le 20 juin contre la Suisse (5-2). La première très grosse alerte fut pour Hugo Lloris, battu de près par Emmanuel Emenike qui heureusement pour le gardien des Coqs était hors-jeu (19-ème) lors du centre de Victor Moses. C'est dès lors le Lillois Vincent Enyeama qui effectua la première grande parade pour s'opposer avec brio à une volée de Paul Pogba (22-ème). La France l'échappa encore belle à la 39-ème, lorsque l'arbitre américain Mark Geiger resta sans réaction quand Patrice Evra ceintura Peter Odemwingie dans la surface. Le jeu se déplaça très vite de l'autre côté de la pelouse où Mathieu Debuchy, bien servi dans l'axe par Mathieu Valbuena, tira trop précipitamment à côté. Ce qui ne fut pas le cas à la 44-ème de Moses, dont la frappe inattendue fut néanmoins repoussée des poings par Lloris. Le Nigeria dut se passer de son milieu de terrain Ogenyi Onazi, déjà sérieusement touché par Pogba en début de match, victime d'une véritable agression de Blaise Matuidi qui aurait dû lui valoir du rouge au lieu du jaune, à la 54-ème minute. Onazi devait cette fois être porté sur la civière, permettant ainsi à Ruben Gabriel (Waasland-Beveren) de participer à ce 1/8-ème de finale d'un mondial. - Griezmann entre et le Nigeria craque - Le débat ne tournait visiblement pas comme prévu par Didier Deschamps, qui rappela Olivier Giroud pour lancer Antoine Griezmann (Real Sociedad) dans la bagarre peu après l'heure de jeu Lloris fut à nouveau contraint de montrer son savoir faire sur un bel envoi d'Odemwingie (64-ème), mais Griezmann se signala d'emblée en combinant avec Benzema qui devança la sortie d'Enyeama. Moses, replié sur sa ligne, réussit toutefois à dégager le ballon (71-ème). Les situations chaudes se succédaient dans le rectangle nigerian. Il y en eut même trois en quelques secondes, puis une quatrième, enfin décisive. Enyeama, qui venait de détourner une tête de Benzema, écarta trop mollement un centre de Valbuena vers Pogba, dont la tête lobée fut sans pardon (1-0, 79-ème). La cause semblait entendue, et le fut définitivement lorsque le capitaine nigerian Joseph Yobo (ex-Standard) marqua contre son camp dans les arrêts de jeu en voulant empêcher Griezmann de reprendre un centre de Valbuena: 2-0, score final ! Le Nigeria aurait pourtant pu devenir le quatrième pays africain à atteindre les quarts de finale après le Cameroun en 1990, le Sénégal en 2002 et le Ghana en 2010. Mais la chance et l'arbitrage n'ont pas été en sa faveur.... (Belga)

L'équipe de France était privée de son, défenseur Mamadou Sakho, touché à la cuisse gauche, et remplacé par un autre "anglais", Laurent Koscielny, associé à Raphaël Varane en charnière centrale. En attaque Didier Deschamps avait opté pour Giroud, reformant ainsi le duo avec Karim Benzema qui avait si bien fonctionné le 20 juin contre la Suisse (5-2). La première très grosse alerte fut pour Hugo Lloris, battu de près par Emmanuel Emenike qui heureusement pour le gardien des Coqs était hors-jeu (19-ème) lors du centre de Victor Moses. C'est dès lors le Lillois Vincent Enyeama qui effectua la première grande parade pour s'opposer avec brio à une volée de Paul Pogba (22-ème). La France l'échappa encore belle à la 39-ème, lorsque l'arbitre américain Mark Geiger resta sans réaction quand Patrice Evra ceintura Peter Odemwingie dans la surface. Le jeu se déplaça très vite de l'autre côté de la pelouse où Mathieu Debuchy, bien servi dans l'axe par Mathieu Valbuena, tira trop précipitamment à côté. Ce qui ne fut pas le cas à la 44-ème de Moses, dont la frappe inattendue fut néanmoins repoussée des poings par Lloris. Le Nigeria dut se passer de son milieu de terrain Ogenyi Onazi, déjà sérieusement touché par Pogba en début de match, victime d'une véritable agression de Blaise Matuidi qui aurait dû lui valoir du rouge au lieu du jaune, à la 54-ème minute. Onazi devait cette fois être porté sur la civière, permettant ainsi à Ruben Gabriel (Waasland-Beveren) de participer à ce 1/8-ème de finale d'un mondial. - Griezmann entre et le Nigeria craque - Le débat ne tournait visiblement pas comme prévu par Didier Deschamps, qui rappela Olivier Giroud pour lancer Antoine Griezmann (Real Sociedad) dans la bagarre peu après l'heure de jeu Lloris fut à nouveau contraint de montrer son savoir faire sur un bel envoi d'Odemwingie (64-ème), mais Griezmann se signala d'emblée en combinant avec Benzema qui devança la sortie d'Enyeama. Moses, replié sur sa ligne, réussit toutefois à dégager le ballon (71-ème). Les situations chaudes se succédaient dans le rectangle nigerian. Il y en eut même trois en quelques secondes, puis une quatrième, enfin décisive. Enyeama, qui venait de détourner une tête de Benzema, écarta trop mollement un centre de Valbuena vers Pogba, dont la tête lobée fut sans pardon (1-0, 79-ème). La cause semblait entendue, et le fut définitivement lorsque le capitaine nigerian Joseph Yobo (ex-Standard) marqua contre son camp dans les arrêts de jeu en voulant empêcher Griezmann de reprendre un centre de Valbuena: 2-0, score final ! Le Nigeria aurait pourtant pu devenir le quatrième pays africain à atteindre les quarts de finale après le Cameroun en 1990, le Sénégal en 2002 et le Ghana en 2010. Mais la chance et l'arbitrage n'ont pas été en sa faveur.... (Belga)