"Pierre François nous a coûté le titre..." : hier soir, Sergio Conceiçao était visiblement venu au Boulevard Reyers pour prononcer cette phrase explosive. L'affaire Kanu n'était qu'un prétexte. Les absents ont tort, dit-on, mais la stratégie de Pierre François a eu pour effet d'isoler l'ancien T2 du Standard face à ses propos qui ont soulevé interrogations et doutes sur le plateau de l'émission. Le titre s'est envolé lors de la première partie de la phase classique du championnat 2010-11 : une victoire de plus aurait offert le titre aux Rouches. A retenir aussi qu'un succès à Genk (probable sans la blessure de Mehdi Carcela) aurait permis au Standard d'émerger sur la ligne. Les attaques du Portugais relève essentiellement du règlement de compte.

Le grand vainqueur de ce bombardement n'est finalement autre que Michel Lecomte. Son émission s'est un peu éteinte depuis le départ de Stéphane Pauwels. Hier,dans un style moins "café du commerce" que la saison passée, la Tribune a vécu son "moment référence" (ordonné et bien mené journalistiquement) et il y a gros à parier que cela inspirera Lecomte pour le prochain reliftage de son émission.

Pierre Bilic, Sport-Foot Magazine

"Pierre François nous a coûté le titre..." : hier soir, Sergio Conceiçao était visiblement venu au Boulevard Reyers pour prononcer cette phrase explosive. L'affaire Kanu n'était qu'un prétexte. Les absents ont tort, dit-on, mais la stratégie de Pierre François a eu pour effet d'isoler l'ancien T2 du Standard face à ses propos qui ont soulevé interrogations et doutes sur le plateau de l'émission. Le titre s'est envolé lors de la première partie de la phase classique du championnat 2010-11 : une victoire de plus aurait offert le titre aux Rouches. A retenir aussi qu'un succès à Genk (probable sans la blessure de Mehdi Carcela) aurait permis au Standard d'émerger sur la ligne. Les attaques du Portugais relève essentiellement du règlement de compte. Le grand vainqueur de ce bombardement n'est finalement autre que Michel Lecomte. Son émission s'est un peu éteinte depuis le départ de Stéphane Pauwels. Hier,dans un style moins "café du commerce" que la saison passée, la Tribune a vécu son "moment référence" (ordonné et bien mené journalistiquement) et il y a gros à parier que cela inspirera Lecomte pour le prochain reliftage de son émission. Pierre Bilic, Sport-Foot Magazine