Deux semaines d'attente et dix minutes de présentation. Pas une de plus. Trois questions aux télévisions supplémentaires et puis basta, "le joueur devant aller manger".

Le nouvel attaquant du Standard, Mémé Tchité, de retour au club après une pige à Anderlecht et un exil de trois ans à Santander, a été présenté à la presse ce mercredi. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'attaquant aux quatre nationalités a laissé tout le monde sur sa faim.

Son expérience espagnole? "Bof, et à part le Real, Barcelone, Séville et Valence, le reste ressemble au championnat belge." Ses objectifs? "J'en ai mais je ne peux pas les énoncer." Ce qu'il a appris en Espagne? "Ce n'est pas à moi de le dire." Ce qu'il peut apporter au Standard? "Vous verrez.". Pourquoi le Standard? "Parce que je me sens un peu à la maison." Pourquoi pas l'Angleterre? "Je ne suis pas anglais mais belge." Et les Diables Rouges? "Je dois d'abord prester avec mon club."

Conclusion de Mémé: "Ce n'est pas avec ma langue que je serai utile au Standard mais avec mes pieds". Merci!

Bref, en résumé, on peut déjà dire que Tchité n'a pas évolué sur le plan de la timidité. A moins que la rigueur du championnat espagnol lui ait enseigné la langue de bois. "Pourtant, pour Standard TV, Tchité était beaucoup plus détendu et loquace", nous explique le directeur de la communication du Standard, Sacha Daout. C'est aussi cela la réalité du football professionnel. Muet devant les médias, loquace devant les sponsors.

Stéphane Vande Velde

Deux semaines d'attente et dix minutes de présentation. Pas une de plus. Trois questions aux télévisions supplémentaires et puis basta, "le joueur devant aller manger". Le nouvel attaquant du Standard, Mémé Tchité, de retour au club après une pige à Anderlecht et un exil de trois ans à Santander, a été présenté à la presse ce mercredi. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'attaquant aux quatre nationalités a laissé tout le monde sur sa faim. Son expérience espagnole? "Bof, et à part le Real, Barcelone, Séville et Valence, le reste ressemble au championnat belge." Ses objectifs? "J'en ai mais je ne peux pas les énoncer." Ce qu'il a appris en Espagne? "Ce n'est pas à moi de le dire." Ce qu'il peut apporter au Standard? "Vous verrez.". Pourquoi le Standard? "Parce que je me sens un peu à la maison." Pourquoi pas l'Angleterre? "Je ne suis pas anglais mais belge." Et les Diables Rouges? "Je dois d'abord prester avec mon club." Conclusion de Mémé: "Ce n'est pas avec ma langue que je serai utile au Standard mais avec mes pieds". Merci! Bref, en résumé, on peut déjà dire que Tchité n'a pas évolué sur le plan de la timidité. A moins que la rigueur du championnat espagnol lui ait enseigné la langue de bois. "Pourtant, pour Standard TV, Tchité était beaucoup plus détendu et loquace", nous explique le directeur de la communication du Standard, Sacha Daout. C'est aussi cela la réalité du football professionnel. Muet devant les médias, loquace devant les sponsors. Stéphane Vande Velde