Le champion du monde et double champion d'Europe en titre, l'Espagne, a fait un beau déplacement à 6000 km de distance de Madrid, à Porto Rico. La Roja s'est imposée 2 à 1. Voyage presque sans histoire si ce n'est la blessure de Juanfran.

Joachim Löw, sélectionneur allemand, a dû composer avec une exclusion (Zieler, gardien en l'absence de Neuer) et un but contre son camp (de Khedira) : "Après le carton rouge et le but contre son camp, ce n'est pas facile d'en vouloir aux joueurs, face à des adversaires aussi techniques d'autant plus". Mais rien ne va plus pour Löw. Le coach aux chemises et à la frange impeccables avait déjà été très critiqué pour ses coups de poker perdants lors la demi-finale perdue de l'Euro 2012 face à l'Italie (2-1), alors qu'à Berlin on se voyait déjà en finale.

Messi, un but et un penalty raté


Pour les Argentins du triple Ballon d'or Lionel Messi (auteur d'un but et qui a raté un penalty face au 3e gardien allemand Ter Stegen), la mission est remplie : il fallait faire payer à la Mannschaft un quart de finale cauchemar du Mondial 2010, avec une victoire des Allemands 4 à 0.

Autre affiche attendue, l'Angleterre, qui avait perdu contre l'Italie à l'Euro 2012 en quart de finale aux tirs au but, a pris sa revanche (2-1).

Suède-Brésil à Stockholm était censé opposer l'attaquant nordique Zlatan Ibrahimovic et le défenseur central brésilien Thiago Silva. Tous deux jouaient la saison passée à l'AC Milan, tous deux ont été transférés cet été au Paris SG. Mais Ibrahimovic a déclaré forfait. Sans "Ibra", la Suède a chuté chez elle 3 à 0 contre la Seleçao, portée notamment par Pato, auteur d'un doublé.

En France, pour sa "première", Didier Deschamps n'a pu se défaire de l'Uruguay (0-0). "DD" a testé sur le terrain un nouveau duo d'attaquants, Benzema-Giroud et misé sur la jeunesse, avec, sur les onze titulaires, "sept qui avaient moins de dix sélections", comme il l'a souligné lui-même.

Et en dehors du terrain, Deschamps a goûté à la pression médiatique qui l'attend, la nouvelle du renvoi de Benzema et Ribéry en correctionnelle dans l'affaire Zahia (accusés de sollicitation de prostituée mineure) ayant été rendue publique à la veille de son premier match en tant que sélectionneur. La suite sera délicate pour les Bleus, tombés dans le groupe de l'Espagne en qualification du Mondial 2014.

Capello débute par un nul


A Moscou, un autre "nouveau" coach a étrenné son costume, c'est l'Italien Fabio Capello, désormais à la tête de la Russie, qui a commencé par un nul contre la Côte d'Ivoire de Didier Drogba (1-1).

Le Portugal, demi-finaliste de l'Euro, s'est remis en selle en battant le Panama (2-0) avec notamment un but de Cristiano Ronaldo.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Le champion du monde et double champion d'Europe en titre, l'Espagne, a fait un beau déplacement à 6000 km de distance de Madrid, à Porto Rico. La Roja s'est imposée 2 à 1. Voyage presque sans histoire si ce n'est la blessure de Juanfran.Joachim Löw, sélectionneur allemand, a dû composer avec une exclusion (Zieler, gardien en l'absence de Neuer) et un but contre son camp (de Khedira) : "Après le carton rouge et le but contre son camp, ce n'est pas facile d'en vouloir aux joueurs, face à des adversaires aussi techniques d'autant plus". Mais rien ne va plus pour Löw. Le coach aux chemises et à la frange impeccables avait déjà été très critiqué pour ses coups de poker perdants lors la demi-finale perdue de l'Euro 2012 face à l'Italie (2-1), alors qu'à Berlin on se voyait déjà en finale.Messi, un but et un penalty raté Pour les Argentins du triple Ballon d'or Lionel Messi (auteur d'un but et qui a raté un penalty face au 3e gardien allemand Ter Stegen), la mission est remplie : il fallait faire payer à la Mannschaft un quart de finale cauchemar du Mondial 2010, avec une victoire des Allemands 4 à 0.Autre affiche attendue, l'Angleterre, qui avait perdu contre l'Italie à l'Euro 2012 en quart de finale aux tirs au but, a pris sa revanche (2-1).Suède-Brésil à Stockholm était censé opposer l'attaquant nordique Zlatan Ibrahimovic et le défenseur central brésilien Thiago Silva. Tous deux jouaient la saison passée à l'AC Milan, tous deux ont été transférés cet été au Paris SG. Mais Ibrahimovic a déclaré forfait. Sans "Ibra", la Suède a chuté chez elle 3 à 0 contre la Seleçao, portée notamment par Pato, auteur d'un doublé.En France, pour sa "première", Didier Deschamps n'a pu se défaire de l'Uruguay (0-0). "DD" a testé sur le terrain un nouveau duo d'attaquants, Benzema-Giroud et misé sur la jeunesse, avec, sur les onze titulaires, "sept qui avaient moins de dix sélections", comme il l'a souligné lui-même.Et en dehors du terrain, Deschamps a goûté à la pression médiatique qui l'attend, la nouvelle du renvoi de Benzema et Ribéry en correctionnelle dans l'affaire Zahia (accusés de sollicitation de prostituée mineure) ayant été rendue publique à la veille de son premier match en tant que sélectionneur. La suite sera délicate pour les Bleus, tombés dans le groupe de l'Espagne en qualification du Mondial 2014.Capello débute par un nul A Moscou, un autre "nouveau" coach a étrenné son costume, c'est l'Italien Fabio Capello, désormais à la tête de la Russie, qui a commencé par un nul contre la Côte d'Ivoire de Didier Drogba (1-1).Le Portugal, demi-finaliste de l'Euro, s'est remis en selle en battant le Panama (2-0) avec notamment un but de Cristiano Ronaldo.Sportfootmagazine.be, avec Belga