Les Pays-Bas ont emporté une victoire de prestige 2-3 à Wembley face à l'Angleterre après un final à rebondissements où pas moins de trois buts ont été inscrits dans les sept dernières minutes.

Les Néerlandais ont d'abord fait la différence sur deux actions de grande classe. Sur la première, Robben, qu'on disait pourtant en forme moyenne, a trompé Hart d'un tir à ras-de-terre après une formidable course entamée dans son propre camp, au cours de laquelle il a éliminé quatre joueurs anglais (57e). Une minute plus tard, Kuyt a débordé sur la droite et adressé un centre parfait pour la tête d'Huntelaar (58e ), entré après la pause à la place d'un très discret Van Persie.


Les Anglais ont souvent eu le ballon mais ont trop manqué d'inspiration pour se créer beaucoup d'occasions jusqu'à la réduction du score, à cinq minutes de la fin, par le défenseur de Chelsea Gary Cahill, qui était hors-jeu sur la passe en profondeur de Baines.

A la 90e minute, Ashley Young a égalisé grâce à une belle combinaison entre Parker et Jones et l'Angleterre a bien cru tenir un match nul plutôt heureux. Mais une minute plus tard, un tir de Robben détourné dans ses propres buts par Cahill, a rétabli un score plus conforme à la différence de niveau entre les deux formations.

Deux joueurs sont restés à terre après le deuxième but néerlandais, le buteur Klaas-Jan Huntelaar et le défenseur anglais Chris Smalling, à la suite d'un spectaculaire choc de tête. Soignés sur place pendant plusieurs minutes, les deux hommes ont dû quitter le terrain, le premier le visage ensanglanté et le second sur une civière, très fortement sonné.

La France s'impose en Allemagne

La France a marqué les esprits en s'imposant 1-2 en Allemagne, un des favoris de l'Euro-2012, à 100 jours de ce tournoi.

Les buts de la victoire française ont été marqués par Olivier Giroud (21e) et Florent Malouda (71e).

L'Allemagne a réduit le score par Cacau (90+1). C'est le 18e match sans défaite de rang des Bleus de Laurent Blanc.

L'Espagne s'offre une "manita"


Plus que jamais, l'Espagne s'érige comme le grand favori à sa propre succession à l'Euro 2012. Hier soir, la "Roja" a étrillé le Vénézuela (5-0), qui sortait pourtant de quelques très beaux résultats et une Copa America réussie l'été dernier.

Avec quatre joueurs du Barça (Piqué, Busquets, Fabregas et Iniesta) et quatre joueurs du Real (Casillas, Arbeloa, Ramos et Alonso) au coup d'envoi (Jordi Alba, Silva et Llorente complétant le onze), les Espagnols ont étalé leur exceptionnelle maîtrise technique, en empilant les buts sur plusieurs magnifiques actions.

En pointe, c'est Fernando Llorente qui a été aligné, vu l'absence de Fernando Torres, non repris. Mais c'est Roberto Soldado qui s'est mis en évidence. Monté au jeu en seconde période, l'avant de Valence a inscrit un triplé en 45 minutes. Les deux premiers buts avaient été inscrits par Iniesta et Silva.

Triplé de Messi

Lionel Messi, auteur d'un triplé, a mené l'Argentine à la victoire face à la Suisse (3-1), mercredi lors d'un match amical disputé à Berne.

La Nati, qui avait réussi à égaliser par Shaqiri (50e) au début de la seconde période après l'ouverture du score de Messi (20e), a craqué en fin de match sur deux nouveaux buts du triple Ballon d'Or (88e, 90e).

.

L'Italie, inoffensive, battue par les Etats-Unis


L'Italie, privée de ses meilleurs attaquants (Cassano, Rossi, Balotelli), s'est inclinée à Gênes contre les Etats-Unis (1-0), mercredi en match amical, et peut s'inquiéter sur son potentiel offensif à cent jours de l'Euro-2012.


Déjà battue à Rome par l'Uruguay en novembre (1-0), l'Italie n'avance pas. Et devant la mollesse des "Azzurri", les USA ont fini par ouvrir le score, Jozy Altidore remisant pour Clint Demspey (55).

Klinsmann peut être satisfait de son équipe, sans génie mais bien ordonnée, qui a battu l'Italie pour la première fois de son histoire et qui n'a guère tremblé, même lors du rush des Italiens dans la dernière demi-heure. Il faudra bien autre chose face à l'Espagne au premier match de l'Euro.

SportFootmagazine.be, avec Belga

Les Pays-Bas ont emporté une victoire de prestige 2-3 à Wembley face à l'Angleterre après un final à rebondissements où pas moins de trois buts ont été inscrits dans les sept dernières minutes. Les Néerlandais ont d'abord fait la différence sur deux actions de grande classe. Sur la première, Robben, qu'on disait pourtant en forme moyenne, a trompé Hart d'un tir à ras-de-terre après une formidable course entamée dans son propre camp, au cours de laquelle il a éliminé quatre joueurs anglais (57e). Une minute plus tard, Kuyt a débordé sur la droite et adressé un centre parfait pour la tête d'Huntelaar (58e ), entré après la pause à la place d'un très discret Van Persie. Les Anglais ont souvent eu le ballon mais ont trop manqué d'inspiration pour se créer beaucoup d'occasions jusqu'à la réduction du score, à cinq minutes de la fin, par le défenseur de Chelsea Gary Cahill, qui était hors-jeu sur la passe en profondeur de Baines. A la 90e minute, Ashley Young a égalisé grâce à une belle combinaison entre Parker et Jones et l'Angleterre a bien cru tenir un match nul plutôt heureux. Mais une minute plus tard, un tir de Robben détourné dans ses propres buts par Cahill, a rétabli un score plus conforme à la différence de niveau entre les deux formations. Deux joueurs sont restés à terre après le deuxième but néerlandais, le buteur Klaas-Jan Huntelaar et le défenseur anglais Chris Smalling, à la suite d'un spectaculaire choc de tête. Soignés sur place pendant plusieurs minutes, les deux hommes ont dû quitter le terrain, le premier le visage ensanglanté et le second sur une civière, très fortement sonné.La France s'impose en Allemagne La France a marqué les esprits en s'imposant 1-2 en Allemagne, un des favoris de l'Euro-2012, à 100 jours de ce tournoi.Les buts de la victoire française ont été marqués par Olivier Giroud (21e) et Florent Malouda (71e). L'Allemagne a réduit le score par Cacau (90+1). C'est le 18e match sans défaite de rang des Bleus de Laurent Blanc. L'Espagne s'offre une "manita" Plus que jamais, l'Espagne s'érige comme le grand favori à sa propre succession à l'Euro 2012. Hier soir, la "Roja" a étrillé le Vénézuela (5-0), qui sortait pourtant de quelques très beaux résultats et une Copa America réussie l'été dernier. Avec quatre joueurs du Barça (Piqué, Busquets, Fabregas et Iniesta) et quatre joueurs du Real (Casillas, Arbeloa, Ramos et Alonso) au coup d'envoi (Jordi Alba, Silva et Llorente complétant le onze), les Espagnols ont étalé leur exceptionnelle maîtrise technique, en empilant les buts sur plusieurs magnifiques actions. En pointe, c'est Fernando Llorente qui a été aligné, vu l'absence de Fernando Torres, non repris. Mais c'est Roberto Soldado qui s'est mis en évidence. Monté au jeu en seconde période, l'avant de Valence a inscrit un triplé en 45 minutes. Les deux premiers buts avaient été inscrits par Iniesta et Silva.Triplé de MessiLionel Messi, auteur d'un triplé, a mené l'Argentine à la victoire face à la Suisse (3-1), mercredi lors d'un match amical disputé à Berne. La Nati, qui avait réussi à égaliser par Shaqiri (50e) au début de la seconde période après l'ouverture du score de Messi (20e), a craqué en fin de match sur deux nouveaux buts du triple Ballon d'Or (88e, 90e)..L'Italie, inoffensive, battue par les Etats-Unis L'Italie, privée de ses meilleurs attaquants (Cassano, Rossi, Balotelli), s'est inclinée à Gênes contre les Etats-Unis (1-0), mercredi en match amical, et peut s'inquiéter sur son potentiel offensif à cent jours de l'Euro-2012. Déjà battue à Rome par l'Uruguay en novembre (1-0), l'Italie n'avance pas. Et devant la mollesse des "Azzurri", les USA ont fini par ouvrir le score, Jozy Altidore remisant pour Clint Demspey (55). Klinsmann peut être satisfait de son équipe, sans génie mais bien ordonnée, qui a battu l'Italie pour la première fois de son histoire et qui n'a guère tremblé, même lors du rush des Italiens dans la dernière demi-heure. Il faudra bien autre chose face à l'Espagne au premier match de l'Euro. SportFootmagazine.be, avec Belga