"J'ai terminé le vélo avec 8 minutes 20 d'avance sur Jacobs (futur vainqueur, ndlr). Le départ du marathon était parfait. Les jambes tournaient super bien après 15 km. (...) Le problème est que certaines choses ont mal tourné. Ainsi, un ravitaillement en boisson n'était pas prêt et ailleurs des enfants donnaient des éponges sèches." "Ok, dans les dix Ironmans que j'ai gagnés c'est déjà arrivé une fois, mais à ce niveau quand on se bat pour chaque seconde, on paie tout cash." "Avec ces petits ratés ma température corporelle a commencé à monter et j'ai dû parquer la machine. Ma tête était sur le point d'exploser, mon diaphragme et mes abdominaux étaient remplis de crampes. C'était difficile de respirer encore profondément. Dans l'ambulance j'ai entendu que j'étais victime d'une acidose lactique, qui donne comme un sentiment que le courant a été coupé partout les jambes, les bras, la tête..." "Il est extrêmement amer de dire qu'un certain nombre de facteurs que je ne peux pas contrôler ont fichu en l'air "la" course de ma vie", a conclu Vanhoenacker. (FREDRIK VON ERICHSEN)

"J'ai terminé le vélo avec 8 minutes 20 d'avance sur Jacobs (futur vainqueur, ndlr). Le départ du marathon était parfait. Les jambes tournaient super bien après 15 km. (...) Le problème est que certaines choses ont mal tourné. Ainsi, un ravitaillement en boisson n'était pas prêt et ailleurs des enfants donnaient des éponges sèches." "Ok, dans les dix Ironmans que j'ai gagnés c'est déjà arrivé une fois, mais à ce niveau quand on se bat pour chaque seconde, on paie tout cash." "Avec ces petits ratés ma température corporelle a commencé à monter et j'ai dû parquer la machine. Ma tête était sur le point d'exploser, mon diaphragme et mes abdominaux étaient remplis de crampes. C'était difficile de respirer encore profondément. Dans l'ambulance j'ai entendu que j'étais victime d'une acidose lactique, qui donne comme un sentiment que le courant a été coupé partout les jambes, les bras, la tête..." "Il est extrêmement amer de dire qu'un certain nombre de facteurs que je ne peux pas contrôler ont fichu en l'air "la" course de ma vie", a conclu Vanhoenacker. (FREDRIK VON ERICHSEN)