"C'est un aboutissement, un travail de longue haleine", a réagi Marc Wilmots (au micro de la RTBF). "L'équipe a fait un pas en avant aujourd'hui. Nous avions bien analysé le jeu des Croates. Mais pour la première fois, ils ont joué un tout autre système. Cela aurait pu nous déstabiliser. Ils nous attendaient aux 16m, pour repartir en contre et nous planter un poignard dans le dos. Ce sont eux qui se sont fait avoir. Vous avez vu cette image de Romelu Lukaku dans les bras de Christian (Benteke). Voilà, ce sont des amis. Tout le monde a joué ensemble, les supporters étaient là pour nous soutenir durant toute cette campagne, et nous aider à réaliser ce rêve. Les sponsors aussi, le staff, tout le monde a tiré dans le même sens. J'ai eu un noyau de 25 pour traverser les étapes. Maintenant, je vais en profiter deux jours, puis me remettre au travail. Je ne veux pas aller là-bas en touriste, on va préparer cela. Ma première pensée va à ma femme et mes enfants, qui m'ont permis de faire ce métier." (Belga)

"C'est un aboutissement, un travail de longue haleine", a réagi Marc Wilmots (au micro de la RTBF). "L'équipe a fait un pas en avant aujourd'hui. Nous avions bien analysé le jeu des Croates. Mais pour la première fois, ils ont joué un tout autre système. Cela aurait pu nous déstabiliser. Ils nous attendaient aux 16m, pour repartir en contre et nous planter un poignard dans le dos. Ce sont eux qui se sont fait avoir. Vous avez vu cette image de Romelu Lukaku dans les bras de Christian (Benteke). Voilà, ce sont des amis. Tout le monde a joué ensemble, les supporters étaient là pour nous soutenir durant toute cette campagne, et nous aider à réaliser ce rêve. Les sponsors aussi, le staff, tout le monde a tiré dans le même sens. J'ai eu un noyau de 25 pour traverser les étapes. Maintenant, je vais en profiter deux jours, puis me remettre au travail. Je ne veux pas aller là-bas en touriste, on va préparer cela. Ma première pensée va à ma femme et mes enfants, qui m'ont permis de faire ce métier." (Belga)