Par Marc DEGRYSE

On l'a encore remarqué lors du Clasico, Anderlecht sait marquer n'importe où. L'AZ va développer un jeu typiquement hollandais avec une domination très haute et une volonté de garder le ballon. Mais Anderlecht est très fort en contre-attaque et a donc les armes pour soutenir largement la comparaison.

Pour moi, les Mauves doivent aller à Alkmaar avec la volonté de marquer au moins un but.

Du 50-50 pour le Standard

Le Standard m'a bien plu contre Anderlecht. On voit que José Riga continue à faire du bon boulot. Pourtant, il ne manquait pas de problèmes avec la blessure de Jelle Van Damme et les suspensions de Felipe et William Vainqueur mais il a su trouver les solutions en donnant sa chance à Birkir Bjarnasson qui, avec Yoni Buyens, a mis sous l'éteignoir l'entrejeu anderlechtois.

Gohi Bi Cyriac a également fait une grosse rencontre. La vivacité de l'attaque liégeoise a posé de gros problèmes à la charnière centrale Cheikhou Kouyaté-Roland Juhasz. Ils ont juste manqué d'expérience et de fraîcheur en deuxième mi-temps.

Je pense que face au Wisla Cracovie, ce sera du 50-50. Je ne connais pas bien les spécificités des Polonais, par contre, les Liégeois partent avec un avantage : ils ont du rythme dans les jambes contrairement aux joueurs du Wisla qui sortent d'une longue trêve. Or, le premier match après une trêve est toujours délicat.

Par Marc DEGRYSEOn l'a encore remarqué lors du Clasico, Anderlecht sait marquer n'importe où. L'AZ va développer un jeu typiquement hollandais avec une domination très haute et une volonté de garder le ballon. Mais Anderlecht est très fort en contre-attaque et a donc les armes pour soutenir largement la comparaison. Pour moi, les Mauves doivent aller à Alkmaar avec la volonté de marquer au moins un but. Du 50-50 pour le Standard Le Standard m'a bien plu contre Anderlecht. On voit que José Riga continue à faire du bon boulot. Pourtant, il ne manquait pas de problèmes avec la blessure de Jelle Van Damme et les suspensions de Felipe et William Vainqueur mais il a su trouver les solutions en donnant sa chance à Birkir Bjarnasson qui, avec Yoni Buyens, a mis sous l'éteignoir l'entrejeu anderlechtois. Gohi Bi Cyriac a également fait une grosse rencontre. La vivacité de l'attaque liégeoise a posé de gros problèmes à la charnière centrale Cheikhou Kouyaté-Roland Juhasz. Ils ont juste manqué d'expérience et de fraîcheur en deuxième mi-temps. Je pense que face au Wisla Cracovie, ce sera du 50-50. Je ne connais pas bien les spécificités des Polonais, par contre, les Liégeois partent avec un avantage : ils ont du rythme dans les jambes contrairement aux joueurs du Wisla qui sortent d'une longue trêve. Or, le premier match après une trêve est toujours délicat.