Arsenal et le BOXING DAY

Comme chaque année, le programme en cette période tourne essentiellement autour du championnat anglais. C'est logique puisque c'est le seul qui ne s'accorde pas de répit. En fin d'année, le foot c'est plus que jamais la fête en Angleterre où le 26 décembre est surnommé le boxing day. Les enfants vont au stade par milliers et l'ambiance est assurée dans les tribunes. Dans le programme proposé, Arsenal revient à trois reprises. Ce n'est pas une règle puisque nous dépendons de nos confrères britanniques mais il faut reconnaître que cette équipe, même si ces derniers temps elle est...

Comme chaque année, le programme en cette période tourne essentiellement autour du championnat anglais. C'est logique puisque c'est le seul qui ne s'accorde pas de répit. En fin d'année, le foot c'est plus que jamais la fête en Angleterre où le 26 décembre est surnommé le boxing day. Les enfants vont au stade par milliers et l'ambiance est assurée dans les tribunes. Dans le programme proposé, Arsenal revient à trois reprises. Ce n'est pas une règle puisque nous dépendons de nos confrères britanniques mais il faut reconnaître que cette équipe, même si ces derniers temps elle est un peu en retrait, produit un football attractif, toujours porté vers l'avant. Quand elle joue à domicile, elle assure le spectacle grâce notamment aux buts de Thierry Henry. Avec Arsenal, ce sont toujours de chouettes matches. Car il ne faut pas se fier uniquement aux extraits télévisés pour se faire une idée précise du niveau de jeu réel du match. Parfois, on vous montre deux beaux buts mais cela ne signifie pas que le reste de la rencontre ait réellement été de qualité. Pour ne pas perdre trop de terrain sur Chelsea et Everton, l'équipe qu'on n'attendait pas, Arsenal ne va certainement pas snober le derby contre Fulham. Cet autre club londonien n'est pas un grand nom mais il vient de partager l'enjeu contre Manchester United. Ce qui constitue un petit exploit : même si ManU n'est pas au top, il était quand même quatrième du championnat avec un match de moins. Fulham table sur Andy Cole, qui marque assez facilement. Ceci dit, la défense prend aussi beaucoup de buts. Après 17 journées, seulement quatre équipes en avaient encaissé moins. A St. James Park, il y a toujours beaucoup d'ambiance. Les joueurs de Newcastle auront bien besoin du soutien de leurs supporters car, pour le moment, ils représentent la déception de ce championnat. Après le remplacement de Bobby Robson par Graeme Souness, les Magpies ont donné l'impression pendant deux ou trois journées d'avoir retrouvé leur régularité mais cette impression s'est vite estompée. Si Alan Shearer, qui a l'âge de ses artères, marque moins, il forme un bon duo d'attaque avec Craig Bellamy. En revanche, la défense constitue un véritable problème : après 17 journée, elle est la plus perméable d'Angleterre avec celle de West Bromwich, le dernier du classement. l Le derby romain est le plus chaud d'Italie. Dire que les joueurs et les supporters des deux camps ne s'aiment pas est un euphémisme. Ce match, même quand les deux équipes ne jouent pas la tête, est un grand moment. En dehors du terrain aussi. En mars 2002, la Roma avait remporté le derby 1-5 grâce à quatre buts de Vincenzo Montella. Chaque fois qu'il marque, l'attaquant romain fait l'avion, ce qui lui vaut d'ailleurs son surnom d'Aeroplanino. Eh bien, à la fin du match, on a vu circuler des dizaines de vespas dont le passager, debout sur le siège arrière, faisait l'avion. Avec Philippe Hereng